février 2020

1er mars, fête du "Martisor" en Roumanie

Le « martisor » (nom populaire du mois de mars) est fêté en Roumanie le premier jour de mars, les femmes recevant en cadeau des petits pendentifs attachés à un cordonnet tressé rouge et blanc. Bien qu’on ne connaisse pas exactement l’ancienneté de cette tradition, on sait que le premier jour du printemps était célébré il y a environ 8 000 ans, le martisor ayant sa souche dans les coutumes et les pratiques agraires de cette époque.

On dit que le martisor porte bonheur et chance. Il est porté pendant quelques jours, à partir du 1er mars.

À l’époque des Daces (ancêtres des Roumains avec les Romains), des symboles du printemps étaient fabriqués pendant l’hiver et étaient portés après le 1er mars. Les « martisoare » (pluriel de « martisor ») étaient alors des petites pierres blanches et rouges enfilées et portées autour du cou. Le rouge - feu, sang et soleil - symbolisait la vie, donc la femme, et le blanc - la lumière - symbolisait la sagesse de l’homme. Le fil du martisor représentera par la suite le treillage des ces deux couleurs.
Selon d’autres sources, les martisoare étaient à l’origine des pièces de monnaie attachées à de fils de laine noirs et blancs. La nature de la pièce, or, argent ou bronze, indiquait le statut social. Les Daces, croyaient que ces petits objets apportaient fertilité et harmonie. Ils étaient portés jusqu’à ce que les arbres fleurissent et étaient ensuite attachés aux branches de ceux-ci.

Bien qu’on ne puisse pas déterminer exactement l’ancienneté de cette coutume, il est cependant certain que cette fête était célébrée aussi par les Romains, une des preuves à cet égard étant le fait qu’elle soit présente également chez les Macédo-Roumains. La coutume a été reprise des Macédo-Roumains par d’autres peuples de l’Europe centrale et du sud-est. [source : Rompres]


Sur le même sujet, voir aussi :
- Le Martisor et le Jour de la femme
- Le Martisor en danger


[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
L'Opéra national de Roumanie à Cluj a 100 ans
(20/mai./2020)
L’Opéra national de Roumanie à Cluj marquera le 100e anniversaire de son existence à travers un (...)
La Roumanie et l'Europe de l'Est. 30 ans après la chute du mur. Débat.
(2/déc./2019)
30 ans après la chute du mur de Berlin, l’Institut français de Roumanie à Cluj-Napoca vous invite à (...)
Une vie de roman : une Roumaine du XIXe siècle, exploratrice et Lady
(2/nov./2019)
Florica Maria Sas est née en1841 à Aiud, département d’Alba, en Roumanie. Elle est plus connue sous (...)
France–Roumanie, regards croisés. Oubliez vos clichés
(17/avr./2019)
France–Roumanie, regards croisés : Anda Bercu et Nicolas Friess ◤ vernissage 18 avril à 18h30 (...)
La Roumanie se sépare de son dernier roi
(16/déc./2017)
La Roumanie se sépare de son dernier souverain. Avec le passage à l’éternel, le roi Michel (Mihai (...)
La mort du roi Michel, et la généalogie de la famille royale de Roumanie
(10/déc./2017)
Le roi Michel de Roumanie est décédé le 5 décembre 2017 à 13h00. Il avait 96 ans depuis le 25 (...)
Voix singulières de la culture roumaine, à Lyon
(19/oct./2017)
Cioran-Ionescu-Eliade La culture roumaine a donné à la langue française un nombre considérable (...)