mai 2006

Adhésion de la Roumanie à l’UE : déclarations de France et de Grande-Bretagne

Le retard de la ratification par la France du Traité d’Adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie n’a pas de signification politique, disent les sénateurs français

Bucarest, 25 mai /Rompres/ - Le retard de la ratification par la France du Traité d’Adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie n’a pas de signification politique, ce processus devant être parachevé par le Parlement de Paris le plus tôt possible, a déclaré, jeudi, dans une conférence de presse, Henri Revol, le chef d’une délégation de six membres du Sénat français qui effectue une visite officielle en Roumanie.

Selon le sénateur français, bien que le Gouvernement de Paris ait adopté, mardi, le projet de loi ratifiant le Traité d’Adhésion et que ce document ait été envoyé en vue d’approbation à l’Assemblée nationale et au Sénat, la conclusion de ce processus de ratification par les deux Chambres législatives de la France avant la fin de la session parlementaire, au mois de juillet, n’est pas sûre.

Selon Henri Revol, ce retard serait le résultat d’un agenda chargé de projets de lois importants et des procédures législatives complexes du Parlement français.

Henri Revol a toutefois exprimé la confiance que la ratification serait parachevée par le Législatif français avant la fin septembre, lorsque le président Jacques Chirac se rendra à Bucarest au Sommet de la Francophonie.

Il a dit que la France avait soutenu l’intégration de la Roumanie ’’de manière ferme’’ dès le commencement de ce processus et que l’on était optimistes, maintenant, après le Rapport de suivi favorable de la Commission européenne, que les autorités roumaines feraient les efforts nécessaires pour qu’au mois d’octobre soit célébrée la réception du pays dans l’Union au 1er janvier 2007.

Henri Revol s’est déclaré convaincu du fait qu’il n’y avait plus d’’’obstacles majeurs’’ sur la voie de l’adhésion de la Roumanie à la date attendue.

Les sénateurs français arrivés à Bucarest à l’invitation du président du groupe d’amitié Roumanie-France du Sénat de Roumanie, Aristide Roibu, ont rencontré le Premier ministre roumain Calin Popescu-Tariceanu, le président du Sénat Nicolae Vacaroiu, le président de la Chambre des Députés, Bogdan Olteanu, le ministre des Affaires étrangères, Mihai-Razvan Ungureanu, le ministre de l’Agriculture, Gheorghe Flutur, et le vice-Premier ministre Marko Bela.

De la délégation du Sénat français ont fait partie Henri Revol, président du Groupe d’amitié France-Roumanie du Législatif de Paris et co-président, aux côtés d’Ilie Nastase, du Forum pour la promotion de l’image de la Roumanie en France, tout comme les sénateurs Laurent Beteille, Jacques Blanc, Yves Krattinger, André Lardeux et Paul Raoult.

Leonard Orban : Les Britanniques sont très positifs concernant l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne en 2007

Londres, 25 mai /Rompres/ - La Grande-Bretagne soutient du point de vue aussi bien politique que technique l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne /UE/ au 1er janvier 2007, tout en estimant que le rapport de la Commission européenne du 16 mai a été positif pour notre pays, a déclaré, jeudi, pour Rompres, le secrétaire d’Etat au Ministère de l’Intégration européenne (MIE) Leonard Orban, qui effectue une visite de deux jours à Londres.

’’Les Britanniques sont très positifs’’, a affirmé l’officiel roumain, en guise de conclusion aux discussions menées au Ministère des Affaires étrangères et à l’occasion du déjeuner annuel de la Chambre de commerce roumano-britannique.

Leonard Orban a relevé que le but de sa visite en Grande-Bretagne était de présenter l’évaluation de la partie roumaine sur le rapport de la Commission européenne et de montrer, en même temps, les pas que devraient faire la Roumanie pour atteindre l’objectif de son adhésion au 1er janvier 2007, d’une part, et réaliser, d’autre part, une préparation aussi bonne que possible de sa future qualité d’Etat membre de l’Union européenne.

’’Certes, nous avons insisté sur le fait que des problèmes techniques restaient encore à résouudre ; catégoriquement, ils pourront être résolus à temps, de sorte que dans le rapport de l’automne prochain de la Commission européenne nous n’enregistrions plus des fanions rouges. Nous avons également insisté sur les choses qui relèvent des approches stratégiques, des éléments qui devront être définis pendant la période prochaine, de sorte que ce que la Roumanie sera après le moment de l’adhésion la rende susceptible d’utiliser au maximum les avantages que le statut de membre devra lui conférer’’, a précisé le secrétaire d’Etat.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Plus de barbelés entre la Roumanie et la Moldavie
(16/jan./2010)
Les barbelés sur la berge de la rivière Prut, sur la frontière entre la Roumanie et la Moldavie, (...)
Les élections présidentielles américaines dans les journaux roumains
(7/nov./2008)
7 novembre 2008 "La révolution Obama" est intitulé l’article de l’écrivain Mircea Cartarascu du (...)
La Roumanie, meilleur ami de la République de Moldavie
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct /Agerpres/ - La République de Moldavie estime que la Roumanie est l’un de ses (...)
La Roumanie soutient les perspectives européennes du Monténégro
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct(Agerpres) - La Roumanie souhaite soutenir constamment, tant du point de vue (...)
Contribution de la Roumanie à la reconstruction de la Géorgie
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct /Agerpres/ - Dans la période 2008-2009, la Roumanie aura une contribution au (...)
Roumanie : "la mer Noire doit devenir une zone de réelle coopération"
(22/oct./2008)
Bucarest, 22 oct /Agerpres/ - Le président Traian Basescu a déclaré mercredi, à Constanta (sud-est (...)
Réunion Roumanie-Hongrie
(20/oct./2008)
Bucarest, 19 oct(Agerpres) - Les gouvernements roumain et hongrois se réuniront le mardi 21 (...)