juin 2006

Bases CIA en Roumanie : preuves, indices, ou suppositions ?

Bucarest, 8 juin/Rompres/ - Aucune preuve n’existe sur l’existence de bases d’enquête de la CIA en Roumanie, les affirmations de M. Dick Marty n’étant que des suppositions, précise le président de la commission parlementaire de contrôle du Service d’Informations étrangères /SIE/, Romeo Raicu, dans une interview parue ce jeudi dans le quotidien Adevarul, qui se réfère aux récentes déclarations du rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Le quotidien britannique The Guardian a relancé le mercredi 7 juin les accusations à l’adresse de la Roumanie et de la Pologne, pays supposés avoir permis à la CIA de créer des prisons secrètes sur leurs territoires. The Guardian cite, à l’appui de ses affirmations, un rapport du Conseil de l’Europe. Le rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Dick Marty, parle "d’indices fermes".

Les officiels roumains dont le président de la commission de contrôle du SIE ont nié ces accusations.

Romeo Raicu a affirmé que les autorités roumaines s’étaient dites prêtes à permettre à l’Union européenne d’effectuer des contrôles à des aéroports ou dans toute autre endroit. Il soutient que le Sénat roumain a constitué une sous-commission d’enquête dans le cadre de la commission de défense, qui a vérifié tant l’aéroport de Mihail Kogalniceanu /sud-est/ que celui de Timisoara /ouest/ et n’a pas trouvé d’indices relativement à ces bases.

"Il est vrai qu’il est plus difficile à l’innoncent de démontrer son innocence. Mais il faudrait que plus de responsabilité existe, au Parlement européen et à celui de Roumanie, de la part d’un parlementaire lorsqu’il lance des accusations et suppositions", a dit le président de la commission de contrôle du SIE.

Il a rappelé que, selon les accords conclus par la Roumanie avec les USA et l’OTAN, le pays avait permis et permettait aux avions américains et à ceux des pays de l’OTAN de traverser son espace aérien, ainsi que d’utiliser les aéroports roumains pour ravitaillement, combustible et catering.

Répondant à la question de savoir s’il était possible que les avions aient transporté des prisonniers et que l’État roumain n’ait pas su, l’officiel roumain a dit que "la responsabilité pour ce que ces avions transportent revient seulement à l’autorité à laquelle ils appartiennent", précisant que la Roumanie n’avait pas le droit de les contrôler. Le parlementaire roumain informe aussi avoir parlé avec la direction du SIE, dans le cadre des analyses effectuées, ce service n’étant aucunement impliqué dans une telle action, sur le territoire de la Roumanie ou dans d’autres pays.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Doina Cornea, symbole de la résistance anticommuniste roumaine, s’est éteinte
(6/mai./2018)
Doina Cornea, l’ex-dissidente du régime communiste roumain, Doina Cornea, est décédée à l’âge de (...)
Rencontre entre le Président roumain et Donald Trump à la Maison Blanche
(10/jui./2017)
Le Président roumain Klaus Iohannis a été reçu en visite officielle à la Maison Blanche par Donald (...)
Le journaliste Luca Niculescu, nommé ambassadeur de Roumanie en France
(6/déc./2015)
Le journaliste Luca Niculescu, rédacteur en chef à Radio France International Roumanie, va (...)
Soutiens à Charlie Hebdo en Roumanie suite à l’attentat
(8/jan./2015)
11 janvier 2015 Le président de la Roumanie, Klaus Iohannis, a participé ce dimanche à la (...)
L’ex-Roi Michel de Roumanie : "pas de politique sans éthique"
(26/oct./2011)
[photo : Agerpres] En 1947, le régime communiste a fait abdiquer le Roi Michel de Roumanie. (...)
La Roumanie se souvient : Pitesti, la rééducation par la torture
(15/oct./2010)
Des dizaines de chercheurs et d’historiens roumains et étrangers assistaient Pitesti à la 10e (...)
La Roumanie fête le 20e anniversaire de la Révolution de 1989
(22/déc./2009)
[photo : Agerpres] Il y a vingt ans, des mouvements de protestation contre le régime (...)