juillet 2006

L'Irak, une guerre politique interne en Roumanie

Les déclarations du Premier ministre et du ministre de la défense sur le retrait des troupes roumaines d’Irak, tout comme le refus du Conseil suprême de défense du pays de donner cours à cette demande ont conduit à ’’une guerre politique interne menée avec des armes qui semblent relever de la politique extérieure, mais ni la manière dont on prend les décisions de politique internationale, ni la participation avec des troupes en Irak ne sont en cause’’, relève le quotidien Bursa, dont l’éditorialiste écrit en conclusion : ’’comme d’habitude, les enjeux sont mesquins’’.

’’L’effet Irak : plébiscite libéral pour la tête du Premier ministre’’, titre Adevarul, tout en précisant que ’’l’aile fidèle au Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu fait des efforts sérieux pour couvrir les conséquences du geste de celui-ci, qualifié par beaucoup de gaffe monumentale’’, alors que, de l’autre côté, ’’la faction groupée autour du conseiller présidentiel Theodor Stolojan a trouvé dans la sollicitation de rapatrier les militaires roumains l’occasion parfaite pour donner le ton du détrônement de Tariceanu’’.

D’autre part, comme le remarquait le journal Cotidianul, ’’les contestataires du Premier ministre ont les jours comptés : Tariceanu veut envoyer les dissidents à l’échafaud’’, le journal se rapportant dans ce contexte aux ’’derniers mohicans de Stolojeanu et au ministre des Affaires étrangères’’.

’’Jusqu’à présent, Calin Popescu-Tariceanu et son groupe du PNL ont essayé d’utiliser dans la confrontation avec Traian Basescu l’arme des agissements de coulisses’’, constate l’éditorialiste du Jurnal national.

62 pc des Roumains estiment que le maintien des troupes roumaines en Irak est inutile pour la Roumanie, alors que plus de 30 pc des Roumains voteraient pour Traian Basescu, pour l’obtention par celui-ci d’un nouveau mandat de président, selon les conclusions d’un sondage d’opinion du Bureau pour recherches sociales publiés par Adevarul.

Selon le même sondage, le PNL s’est rapproché de manière vertigineuse du PD et s’il se présentait sur des listes séparées, les libéraux gagneraient 45,3 pc des voix de l’électorat de l’Alliance DA, cependant que les démocrates en obtiendraient 47,5 pc.
Concernant d’autres options électorales, le journal Ziua remarque le fait que 20,3 pc des électeurs voteraient pour le PSD, alors que le PRM obtiendrait 15,4 pc des voix, le PNG, 6,4 pc et l’UDMR, 5,1 pc.

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Doina Cornea, symbole de la résistance anticommuniste roumaine, s’est éteinte
(6/mai./2018)
Doina Cornea, l’ex-dissidente du régime communiste roumain, Doina Cornea, est décédée à l’âge de (...)
Rencontre entre le Président roumain et Donald Trump à la Maison Blanche
(10/jui./2017)
Le Président roumain Klaus Iohannis a été reçu en visite officielle à la Maison Blanche par Donald (...)
Le journaliste Luca Niculescu, nommé ambassadeur de Roumanie en France
(6/déc./2015)
Le journaliste Luca Niculescu, rédacteur en chef à Radio France International Roumanie, va (...)
Soutiens à Charlie Hebdo en Roumanie suite à l'attentat
(8/jan./2015)
11 janvier 2015 Le président de la Roumanie, Klaus Iohannis, a participé ce dimanche à la (...)
L’ex-Roi Michel de Roumanie : "pas de politique sans éthique"
(26/oct./2011)
[photo : Agerpres] En 1947, le régime communiste a fait abdiquer le Roi Michel de Roumanie. (...)
La Roumanie se souvient : Pitesti, la rééducation par la torture
(15/oct./2010)
Des dizaines de chercheurs et d’historiens roumains et étrangers assistaient Pitesti à la 10e (...)
La Roumanie fête le 20e anniversaire de la Révolution de 1989
(22/déc./2009)
[photo : Agerpres] Il y a vingt ans, des mouvements de protestation contre le régime (...)