décembre 2006

"La Moldavie, partie de la Roumanie qui reviendra tôt ou tard à la mère-patrie"

Bucarest, 6 déc/Rompres/ - L’ambassadeur roumain à Chisinau, Filip Teodorescu, a exprimé sa surprise pour sa convocation le 5 décembre au ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne (MAEIE) de la République de Moldavie, précisant que cette démarche est inappropriée, selon un communiqué du MAE roumain.

Le motif de la convocation a été une interview de Ion Caramitru, président de l’Union théâtrale de Roumanie (UNITER) à la publication "Jurnal de Chisinau", le 28 novembre 2006.

Selon un communiqué de la diplomatie de Chisinau, l’ambassadeur roumain a été informé de "l’attitude défiante du président de l’UNITER, Ion Caramitru, qui a récemment visité la capitale de la République de Moldavie". L’acteur roumain a déclaré que "du point de vue historique, la Moldavie a été toujours partie de la Roumanie et tôt ou tard elle reviendra à la mère-patrie".

"Compte tenu du fait que l’ambassade de Roumanie a été l’un des organisateurs des manifestations auxquelles M.Caramitru a participé, le MAEIE a exprimé son souhait que la mission diplomatique roumaine déroule son activité conformément aux normes internationales diplomatiques", selon le communiqué du MAEIE de Chisinau.

Selon le communiqué de MAE de Bucarest, l’ambassadeur roumain a affirmé que "le président de l’UNITER est une personne privée, libre s’exprimer ses opinions personnelles". "Par ailleurs, il a souligné que les points de vue exprimés par le président de l’UNITER ne peuvent pas être interprétés comme des positions officielles de la Roumanie", précise le MAE.

Par ailleurs, la partie roumaine a fait valoir dans ce contexte que la liberté d’expression est une condition fondamentale de l’existence de l’État de droit. L’attachement déclaré à la communauté européenne de valeurs suppose que la République de Moldavie respecte elle-aussi le droit à l’opinion, dans le sens conféré par la législation internationale en la matière, ainsi que par les accords internationaux auxquels la République de Moldavie est partie, selon le communiqué du MAE.

Au cours de l’entretien, la partie roumaine a également demandé des éclaircissements relatifs au ton des récentes déclarations faites par des représentants des autorités exécutives de Chisinau, critiques à l’adresse des préoccupations de la Roumanie de participer à la consolidation de l’option européenne de la République de Moldavie.

’’La Roumanie attend que la reconfirmation du trajet pro-européen de Chisinau se traduise par un engagement plus ample sur le plan des efforts concrets’’, indique aussi le communiqué du MAE.

La Roumanie continue à exprimer toute sa disponibilité de soutenir toutes les démarches de Chisinau visant à son rapprochement de l’Europe et souhaite que cette ouverture inconditionnelle soit regardée dans sa vraie lumière.

La partie roumaine entend les raisons pour lesquelles ceux intéressés à enrayer le parcours européen de la République de Moldavie essaient de déformer les intentions réelles de la Roumanie. Cependant, tous ces efforts, la Roumanie les fait avec la conviction que la République de Moldavie deviendra, dans un avenir prévisible, un Etat ayant une démocratie consolidée, un Etat de droit soucieux de respecter les droits et les libertés fondamentales de l’Homme, un pays avec une destinée européenne reconnue, indique aussi le MAE.

Au cours d’une interview accordée lundi, le président moldave, Vladimir Voronine, a accusé la Roumanie d’ingérence dans les affaires internes de son pays, mentionnant que ’’pendant les 15 années depuis que la République de Moldavie a obtenu son indépendance, Bucarest essaie de lui imposer certaines règles du jeu et certains principes’’.

’’A une analyse plus profonde des données et à leur évaluation correcte, il ne s’agit que de l’ingérence dans les affaires d’un Etat indépendant’’, a soutenu Vladimir Voronine, ajoutant que ’’la Moldavie n’a jamais demandé aux autorités roumaines de faire cela’’.

’’Les autorités de la République de Moldavie sont en mesure d’assurer d’une manière indépendante l’intégration européenne du pays ainsi que le développement interne démocratique de l’Etat, l’amélioration du niveau de vie de la population, sans amis et avocats, qui nous sont imposés depuis l’autre rive du Prut’’, a encore dit le président Voronine.

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
La Roumanie interdit l'entrée dans ses ports aux navires russes
(17/avr./2022)
Selon l’Autorité navale roumaine, aucun navire immatriculé en Russie ne pourra plus accoster dans (...)
Plus de barbelés entre la Roumanie et la Moldavie
(16/jan./2010)
Les barbelés sur la berge de la rivière Prut, sur la frontière entre la Roumanie et la Moldavie, (...)
Les élections présidentielles américaines dans les journaux roumains
(7/nov./2008)
7 novembre 2008 "La révolution Obama" est intitulé l’article de l’écrivain Mircea Cartarascu du (...)
La Roumanie, meilleur ami de la République de Moldavie
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct /Agerpres/ - La République de Moldavie estime que la Roumanie est l’un de ses (...)
La Roumanie soutient les perspectives européennes du Monténégro
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct(Agerpres) - La Roumanie souhaite soutenir constamment, tant du point de vue (...)
Contribution de la Roumanie à la reconstruction de la Géorgie
(23/oct./2008)
Bucarest, 23 oct /Agerpres/ - Dans la période 2008-2009, la Roumanie aura une contribution au (...)
Roumanie: "la mer Noire doit devenir une zone de réelle coopération"
(22/oct./2008)
Bucarest, 22 oct /Agerpres/ - Le président Traian Basescu a déclaré mercredi, à Constanta (sud-est (...)