octobre 2008

La Roumanie face à la crise mondiale

’’Le point terminus’’, intitule l’analyste Cristian Parvulescu son article paru dans le journal Cotidianul. Selon Cristian Parvulescu, ’’la campagne électorale qui précède le scrutin législatif de novembre 2008 annonce la fin d’une époque’’. ’’La crise financière s’est invitée, au grand désespoir de nombre de compatriotes, à la campagne électorale et, même s’ils essaient de minimiser ce sujet, les effets de la crise, visibles dans la vie de chaque jour, rendront inévitable son impact sur les élections. Tout en réduisant les Roumains, en vertu de la vulgate consumériste, à une dimension unique, à savoir celle d’acheteurs, les politiciens ont joué avec le feu. Et ils risquent maintenant de se brûler les doigts. Car, si le pouvoir d’achat diminue, la réaction d’une bonne partie de la population sera à la mesure de cela. De tout façon, la croissance économique, tellement clamée, devient chaque jour qui passe une succession de chiffres qui semblent être de plus en plus dépourvus de substance’’.

’’La (non)épargne et l’avenir’’, écrit l’analyste économique Ilie Serbanescu dans le journal Romania Libera. Selon Ilie Serbanescu, ’’les statistiques continuent à montrer toujours les mêmes aspects au sujet de l’économie roumaine. La croissance persiste, voire, à un niveau élevé. Mais tous les déséquilibres profonds et déstabilisateurs de l’économie - particulièrement ceux entre la production et la consommation, entre les exportations et les importations - s’approfondissent. Malheureusement, les choses ne se sont pas encore clarifiées et la situation, qui reste incertaine, permet à n’importe qui de dire tout ce qu’il veut et d’avoir les arguments pour soutenir ses dires. Poursuivre la croissance économique dans un monde à l’intérieur duquel on est à bout d’haleine, voire, on recule, permet aux concernés de relever “le positif” jusqu’au point de faire oublier “le négatif”. Pour nombre d’entre eux, le fait que juste la croissance économique telle celle enregistrée est la source des déséquilibres n’a pas d’importance’’.

’’La fin du capitalisme’’ est mis en doute par l’analyste Dragos Paul Aligica, signataire d’un article publié par l’hebdomadaire 22. ’’Le capitalisme a été considéré comme étant en chute ou en voie de disparition depuis plus de 100 ans déjà, dans de nombreux endroits et à maintes reprises. L’ordre capitaliste s’écroulera, peut-être, et il disparaîtra à un moment donné. Mais un système comprenant des milliards de gens, qui produit au moins 90% de l’avoir mondial, qui s’est institutionnalisé dans tous les secteurs de la vie sociale depuis plus de 200 ans et qui est ancré dans le penchant naturel de l’être humain pour s’engager dans les transactions libres ne disparaît pas du jour au lendemain’’, estime Dragos Paul Aligica. [source : Agerpres]

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : des salaires en hausse en 2017
(5/mar./2018)
Les salaires des employés à Bucarest - les mieux payés à l’échelle nationale - ont totalisé 3.126 lei (...)
Immobilier : baisse des prix des appartements en Roumanie
(18/sep./2013)
En Roumanie, les prix dans l’immobilier ont baissé cinq fois plus en 2013 qu’en 2012. Selon une (...)
L’Italie et l’Allemagne principaux partenaires commerciaux de la Roumanie
(5/nov./2012)
[photo : Agerpres] En 2011, les principaux partenaires de la Roumanie dans l’import-export (...)
Grands navires construits en Roumanie pour les Pays-Bas et la Suède
(11/oct./2012)
[photo : Agerpres] Le chantier naval Damen Galaţi va lancer ce mois-ci un grand bâtiment de (...)
Journées Européennes du Patrimoine en Roumanie : Les Rencontres Européennes de Cluj
(19/sep./2012)
En écho aux Journées Européennes du Patrimoine, le Service de Coopération de l’Ambassade de France (...)
La Roumanie, une destination attractive pour les boutiques et le commerce de détail
(31/jan./2012)
Centre commercial en Roumanie La Roumanie est une destination attractive parmi les pays (...)
Roumanie : croissance de 4,4% au 3e trimestre
(16/déc./2011)
L’économie de la Roumanie a progressé de 4,4% au troisième trimestre de cette année, (...)