février 2008

La Roumanie pourrait rater l’adoption de l’euro en 2014

Dans l’article "Chances faibles d’adopter l’euro à partir de 2014", Cotidianul écrit que le gouverneur de la BNR, Mugur Isarescu, met en garde contre le fait que la Roumanie pourrait rater l’adoption de la monnaie unique en 2014 si l’inflation n’est pas réduite en 2008 et 2009. L’officiel de la banque centrale a rappelé le 26 février qu’avant l’adoption des mécanismes de change ERM2, la Roumanie doit faire la preuve de pouvoir maintenir le niveau soutenable de l’inflation par un niveau acceptable du déficit du compte courant et des taux d’intérêts.

Mugur Isarescu : La Roumanie pourrait rater l’adoption de l’euro en 2014

Bucarest, 26 fév /Rompres/ - La Roumanie pourrait rater l’adoption de la monnaie unique en 2014, si l’inflation se maintient à des niveaux élevés, a déclaré mardi le gouverneur de la Banque Nationale de Roumanie, Mugur Isarescu, qui participait à la conférence ’’La Roumanie - point d’attraction des investissements ou surchauffe économique’’, organisée par The Economist.

’’Je crains que l’adoption de la monnaie euro en 2014 ne soit ratée si l’inflation ne se situe pas à des taux sotenables’’, a précisé Mugur Isarescu, tout en ajoutant que la Roumanie devrait adopter au cours de la période 2008-2009 des mesures dures pour réduire l’inflation, des mesures, craint-il, ’’dont nous ne serons pas capables’’.

’’Si nous ne parvenons pas à l’abaisser, cela signifie que les anticipations se sont désarrimées, qu’elles vont s’arrimer à un niveau plus élevé et il nous faudra encore 2-3 ans pour la faire baisser de 8 % à 4 % et puis à 2 %’’, a également dit M. Isarescu.

L’officiel de la BNR a dit que l’appréciation du leu l’année passée s’est reflétée sur l’inflation, l’appréciation étant sur-évaluée, étant donné le déficit du compte courant élevé.

’’Si l’inflation devient si basse avec un déficit du compte courant grand, il y a une monnaie sur-évaluée’’, a indiqué Mugur Isarescu.

La politique monétaire doit être allégée, et les mesures devraient être prises par la politique fiscale, a-t-il ajouté.

’’Nous ne pouvons faire que décourager le crédit... Le crédit est un élément additionnel à l’agregat de la demande, qui représente la consommation plus les investissements et des dépenses gouvernementales. S’ils dépassent la capacité de production, on a un déficit du compte courant’’, a ajouté M. Isarescu.

Le taux d’inflation a été, au mois de janvier 2008, de 0,9 %, alors que l’inflation (janvier 2008/janvier 2007) a augmenté à 7,26 %, par rapport à 6,57 %, au mois de décembre 2007, selon les données publiées, mardi, par l’Institut National des Statistiques /INS/.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Evolution 2010 de l’ Indice des prix à la consommation (IPC) en Roumanie
(15/nov./2010)
Les prix à la consommation ont augmenté de 0,55% en Roumanie en octobre 2010, menés (...)
Roumanie : l’une des TVA les plus élevées d’Europe, 24%
(1er/jui./2010)
Le passage de 19 % à 24 % de la TVA fait de la TVA en Roumanie l’une des plus élevées d’Europe, (...)
La Roumanie entre récession et rigueur budgétaire
(12/mai./2010)
La Roumanie va introduire un impôt supplémentaire pour les propriétaires de plusieurs biens (...)
Le piège du taux de change de l’Euro : à 4,1 Lei nous vivons, à 4,8 nous mourrons
(27/jui./2009)
Les dernières estimations montrent que le taux de change de l’Euro va encore monter, rendant la (...)
Roumanie : les banques roumaines assouplissent le crédit
(19/jan./2009)
’’Les Roumains peuvent avoir accès, à partir de janvier, à des crédits garantis avec des hypothèques, (...)
Roumanie : chute du leu, montée des prix
(14/jan./2009)
Après la publication lundi par la Banque Nationale de Roumanie (BNR) d’un cours de référence de (...)
La Roumanie se prépare pour la crise
(23/oct./2008)
"La Roumanie se prépare pour la crise", écrit Romania Libera mentionnant la dynamique des revenus (...)