septembre 2008

La Roumanie sera-t-elle beaucoup affectée par la crise financière internationale ?

"Comment la Roumanie sera-t-elle affectée par la crise financière internationale ?", se demande le journal Romania libera ; la réponse étant : "par la vulnérabilité de l’économie roumaine : la volatilité du leu, le renchérissement du financement extérieur et la baisse de la valeur des actions cotées à la Bourse".

Selon Romania libera, la crise financière internationale se prolongera probablement jusque l’été prochain, la Roumanie pouvant être affectée dans cette période indirectement par le renchérissement du financement étranger, les mouvements brusques de la monnaie nationale et la baisse de la valeur des actions cotées à la Bourse. "Les déséquilibres extérieurs, visibles déjà, de notre économie aggravent la situation, mais les taux d’intérêts hauts auxquels se financent les banques roumaines de la Banque nationale de Roumanie (BNR) pourraient apaiser les effets négatifs", écrit le journal mentionné. Les analystes questionnés par Romania libera estiment pourtant que la Roumanie, aux côtés d’autres pays émergents de l’Europe centrale et de l’Est, pourraient gagner des investissements extérieurs directs parce que les investisseurs étrangers réviseront leurs budgets et leurs coûts.

Le journal relève aussi que les agences de notation ont des opinions partagées visant les chances de la Roumanie d’éviter une crise économique majeure. "Le principal problème de la Roumanie est le grand déficit du compte courant, dont la croissance ne pourra plus être soutenue longtemps, est d’avis l’analyste de l’agence de notation Fitch", informe le journal.

"La crise mondiale est vue avec relâchement de Bucarest", titre le quotidien Adevarul, relevant que dans la capitale de Roumanie "les choses sont vues bien plus légèrement" par le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu, qui assure nettement que "l’économie roumaine n’en sera pas affectée". De plus, on invoque une appréciation - "Elle pourrait avoir éventuellement des effets positifs, parce qu’une série d’actifs immobiliers des USA seront meilleur marché et des Roumains pourraient être prêts à les acheter".

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Evolution 2010 de l’ Indice des prix à la consommation (IPC) en Roumanie
(15/nov./2010)
Les prix à la consommation ont augmenté de 0,55% en Roumanie en octobre 2010, menés (...)
Roumanie : l’une des TVA les plus élevées d’Europe, 24%
(1er/jui./2010)
Le passage de 19 % à 24 % de la TVA fait de la TVA en Roumanie l’une des plus élevées d’Europe, (...)
La Roumanie entre récession et rigueur budgétaire
(12/mai./2010)
La Roumanie va introduire un impôt supplémentaire pour les propriétaires de plusieurs biens (...)
Le piège du taux de change de l’Euro : à 4,1 Lei nous vivons, à 4,8 nous mourrons
(27/jui./2009)
Les dernières estimations montrent que le taux de change de l’Euro va encore monter, rendant la (...)
Roumanie : les banques roumaines assouplissent le crédit
(19/jan./2009)
’’Les Roumains peuvent avoir accès, à partir de janvier, à des crédits garantis avec des hypothèques, (...)
Roumanie : chute du leu, montée des prix
(14/jan./2009)
Après la publication lundi par la Banque Nationale de Roumanie (BNR) d’un cours de référence de (...)
La Roumanie se prépare pour la crise
(23/oct./2008)
"La Roumanie se prépare pour la crise", écrit Romania Libera mentionnant la dynamique des revenus (...)