mai 2006

La protection de l'environnement en Roumanie

Nouvelles réglementations concernant les acteurs économiques qui émettent des gaz à effet de serre, à partir de l’an 2008

Bucarest, 5 mai/Rompres/ - Les grands acteurs économiques qui émettent des gaz à effet de serre (GES) devront acheter, à partir de l’an 2008, des certifications d’émission en fonction de la quantité d’émissions dégagées dans l’atmosphère, ont montré les représentants du ministère de l’Environnement et de l’Administration des Eaux (MMGA), au cours d’un séminaire vendredi.

Conformément au Plan National d’Allocation (PNA), l’Autorité Nationale de Réglementation établira le nombre de certifications d’émissions qui seront allouées, à niveau national, à chaque acteur économique. Une telle certification correspond à une tonne d’émissions de CO2.

Ledit plan est conçu pour la période 2008 - 2012. Il sera élaboré en tenant compte des évolutions macroéconomiques du pays et de l’état des installations.

Selon les représentants du MMGA, le schéma de projet sera finalisé avant le mois de juin 2006, il sera remis à la Commission européenne d’ici à la fin septembre, pour que le projet soit considéré comme achevé avant la fin de 2006. Le PNA sera opérationnel après la notification faite par la Commission européenne.

Tous les grands pollueurs recevront les certifications au cours de cette année et à partir de 2007 elles pourront être cotées à la bourse.

Le secteur énergétique est en Roumanie le plus important émetteur de gaz à effet de serre. Il s’agit notamment des compagnies qui s’occupent de l’extraction et du traitement des minerais et du charbon, de l’exploitation des hydrocarbures, des compagnies qui travaillent dans les domaines du raffinage, de la production de l’énergie électrique et thermique et des fertilisants chimiques.

La Garde nationale d’Environnement a infligé pendant la période janvier 2005 - avril 2006 des ammendes d’au moins 25 millions de lei nouveaux aux acteurs économiques, émetteurs de gaz à effet de serre.


Les progrès de la Roumanie dans le domaine de la protection de l’environnement ont été mis en évidence au Parlement européen par la ministre Sulfina Barbu

Bucarest, 5 mai/Rompres/ - La ministre de l’Environnement et de l’Administration de l’Eau, Sulfina Barbu, a déclaré à sa première présence à la commission d’environnement du Parlement européen que, dès le dernier Rapport de suivi de la Commission européenne, la Roumanie avait fait des progrès visibles dans le domaine de la protection de l’environnement, progrès appréciés par la dernière mission d’évaluation, ainsi que par le commissaire européen à l’Environnement, Stavros Dimas, voici quelques semaines, à Bucarest, informe la radio Romania Actualitati.

Lors des débats de la commission d’environnement, les députés européens se sont enquis du projet de l’exploitation minière de Rosia Montana, de la cultivation des organismes génétiquement modifiés, du traitement de l’eau et des déchets et de la sylviculture. Rosia Montana a tenu la tête d’affiche des interpellations et la ministre Sulfina Barbu a expliqué que le projet était pour le moment bloqué, un groupe international d’experts indépendants étant formé sur l’initiative de la Roumanie et de la Hongrie, groupe qui évaluera les implications de ce projet.

"C’est un projet très important et aucune erreur n’est pas permise", a dit Sulfina Barbu. Les députés européens et surtout une représentante des "verts" français ont voulu savoir si avaient été évalués les risques pour l’environnement et la population et notamment pourquoi d’autres projets n’étaient pas proposés pour le développement de la région. Ainsi, la députée française Marie Anne Isler Béguin s’est dite déçue du fait que le projet Rosia Montana n’était que bloqué et que l’exécutif roumain n’avait pas renoncé définitivement à celui-ci.

Le projet Rosia Montana, visant l’exploitation des minerais d’or et argent des monts Apuseni /Occidentaux, centre/, est très controversé parce que la méthode d’exploitation avec des cyanures ne respecte pas les principes et les normes de l’Union européenne et la législation de la Communauté européenne visant la protection des eaux souterraines.

Le président de la commission d’environnement, l’Allemand Karl-Heinz Florenz, a dit finalement que la discussion avec la ministre roumaine de l’Environnement, Sulfina Barbu, avait créé au Parlement européen une impression positive sur la Roumanie et les progrès palpables enregistrés dans l’accomplissement des obligations de futur membre.

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : des cigognes soignées pendant l'hiver ont été relâchées dans des habitats naturels
(25/avr./2022)
Huit cigognes qui ont été soignées pendant l’hiver dans un centre de Vrancea (région de Moldavie, (...)
Disparition catastrophique des forêts en Roumanie
(24/oct./2012)
[Images NASA] Une vaste zone forestière des monts Giurgeului, dans les Carpates, située dans (...)
La Roumanie protège ses chevaux sauvages dans le Delta du Danube
(18/avr./2011)
L’Autorité de la Réserve biosphère du Delta du Danube (ARBDD) développe un projet visant à protéger (...)
Roumanie, tremblement de terre : les zones les plus dangereuses à Bucarest
(11/oct./2010)
Du point de vue géologique, la situation de Bucarest est dangereuse, car la ville s’étend sur une (...)
Tremblement de terre redouté en Roumanie et en Ukraine
(27/sep./2010)
Selon les experts de Institut roumain de séismologie appliquée (IRSA), la région de Vrancea passe (...)
Pluies et inondations en Roumanie
(30/jui./2010)
Le Danube est monté au dessus du niveau d’alerte, aux stations de mesure de Calafat et Bechet, (...)
Roumanie : la prévention des conflits avec les ours
(26/mar./2010)
Un programme de protection des ours dans les départements du centre de la Roumanie (Harghita, (...)