avril 2006

Le Président Basescu demande plus de transparence au Service des renseignements

Traian Basescu (g.) et Radu Timofte, directeur SRI (dr.) [photo Rompres]

Bucarest, 3 avr/Rompres/ - Le président Traian Basescu a sollicité ce lundi, à la séance de bilan de l’activité pour 2005 du Service roumain d’Informations /SRI/, plus de transparence de la part de cette institution.

Le chef de l’État a dit que le SRI était qualifié souvent de "l’ancienne Securitate" /police politique du régime communiste/ ou de "police politique" parce qu’un manque de transparence existait au niveau du service.

"Aujourd’hui, à la séance du bilan, je vous demande sans équivoque de faire des analyses au niveau de la direction du service, des directions départementales du pays et vous verrez que beaucoup de choses de la vie du SRI peuvent être rendues publiques, ce qui fera la population se fier davantage au Service", a affirmé le président.

"Il faut abandonner l’idée que le SRI a toutes les activités secrètes. Bien des choses existent qui peuvent être dites sur le SRI, choses qui réussiraient sans doute montrer les côtés positifs du SRI", a affirmé Basescu. Le président a précisé qu’on ne connaissait pas les dimensions du renouveau des cadres du SRI, les coopérations de celui-ci avec les services d’autres pays ou la mesure dans laquelle le SRI était engagé dans le combat contre le terrorisme, le trafic de personnes, ainsi que les informations fournies dans la lutte antidrogue.

Le président Basescu a affirmé ce lundi qu’une bataille pour la direction des services secrets n’existait pas.

"Une telle bataille n’existe pas. Ni des négociations n’existent, seulement la Constitution et les lois existent. Il est regrettable que le SRI soit au milieu de soi-disant disputes politiques", a dit le chef de l’État, assurant que, de son point de vue, il fera de son mieux pour que le SRI ne soit impliqué dans aucune dispute politique. Selon le chef de l’État, le SRI travaille pour les citoyens de la Roumanie, non contre ceux-ci, et le service "n’est plus à la disposition d’un groupe politique".

"Les présidents viennent et s’en vont, mais le SRI a déjà un réflexe dans la défense des droits des citoyens", a dit Traian Basescu.

Le président a sollicité aux officiers du SRI du pays de ne pas se laisser entraîner dans des jeux politiques faits par les représentants des partis.

"N’entrez dans aucune combinaison avec quelque parti politique. Ce ne sont pas eux qui peuvent assurer votre fonction. Rejetez toute tentative de contrôle de la part des partis politiques de votre activité", a déclaré Traian Basescu.

Le chef de l’État a assuré qu’il n’utilisera jamais le SRI à des fins politiques.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Manifestations Roumanie : opposants pacifiques frappés violemment par la police. VIDEO
(11/aoû./2018)
Lors de la manifestation antigouvernementale du 10 août, les réseaux sociaux ont signalé (...)
Roumanie : la diaspora roumaine réclame dans la rue la démission du gouvernement
(11/aoû./2018)
Des dizaines de milliers de Roumains et de membres de la diaspora roumaine à l’étranger ont (...)
Justice en Roumanie : prison ferme pour le chef de la gauche au pouvoir
(22/jui./2018)
Liviu Dragnea, le dirigeant du principal parti au pouvoir en Roumanie, PSD, [gauche : NDLT] a (...)
Roumanie : Mis en examen pour corruption, deux leaders mobilisent les foules pour sauver leur peau
(10/jui./2018)
Ce samedi, à Bucarest, environ 150 000 membres et sympathisants du parti au pouvoir, le Parti (...)
Klaus Iohannis, le nouveau président de droite de la Roumanie
(17/nov./2014)
Les Roumains ont voté massivement dimanche 16 novembre 2014, au 2e tour, pour leur nouveau (...)
Résultat des élections présidentielles 2009 en Roumanie : Basescu réélu
(7/déc./2009)
Traian Basescu, Mircea Geoana [photo : Agerpres] Différence entre Traian Băsescu et Mircea (...)
Roumanie : Basescu et Geoana au 2e tour de l’élection présidentielle
(22/nov./2009)
Résultats des votes du 1er tour de l’élection présidentielle 2009 Traian Basescu (Parti démocrate (...)