novembre 2003

Le Président roumain Ion Iliescu à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon

CCI de Lyon

Allocution du Président roumain Ion Iliescu, à l’occasion de la rencontre avec les représentants des sociétés françaises de la région Rhône-Alpes, à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, le 19 novembre 2003 :

"Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

C’est avec un grand plaisir que je saisis l’occasion de nous rencontrer et de dialoguer aujourd’hui, sous l’égide et avec le concours de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, sur les opportunités existantes pour une collaboration économique encore plus fructueuse entre nos deux pays.
J’espère que cette rencontre est l’expression d’une prise de conscience commune et de notre souhait mutuel de renforcer davantage les liens de coopération surtout au niveau des entreprises - soient-elles grandes, moyennes ou petites - et donner plus d’élan aux investissements français en Roumanie. Les prémisses sont plus qu’encourageantes :
Les relations politiques sont excellentes et se situent à un niveau jamais atteint auparavant. Les échanges commerciaux bilatéraux connaissent depuis quelques années une dynamique soutenue. Pour 2003, on envisage un volume total des échanges commerciaux de 2,5 milliards euros qui va représenter le plus haut niveau atteint jusqu’à présent.
Les investissements français, en tant qu’investissements directs en Roumanie sous forme de participation au capital social ou d’investissements de portefeuille s’approchent d’un milliard d’Euros.
La France est le troisième grand partenaire économique de la Roumanie. Les transformations dans notre société, dans notre économie y ont largement contribué. Les traditions et les affinités socioculturelles, y compris dans des domaines très proches aux affaires, ont joué un rôle de catalyseur.

CCI de Lyon

Les échanges commerciaux entre la Roumanie et les partenaires français de la région Rhône-Alpes, dans les dernières trois années, ont connu une dynamique soutenue et leur niveau a dépassé 190 millions d’euros pour les six premiers mois de 2003. Les principaux produits roumains exportés vers la région Rhône-Alpes sont : des chaussures, des équipements industriels, des produits en bois, des vêtements, des matériels textiles etc.

Je suis persuadé que la présence économique française en Roumanie pourrait et devrait être encore plus forte et diversifiée.
Les résultats et les options de la politique économique roumaine sont, à notre avis, de nature à créer de la confiance et à encourager les affaires. Je me permettrais d’en mentionner brièvement :
En dépit d’une situation conjoncturelle morose en Europe, en Roumanie la croissance du Produit intérieur brut se maintient depuis trois ans à un taux annuel de 5%, avec une prévision de croissance similaire pour les années à venir.
En même temps, la tendance descendante d’inflation s’était consolidée, le taux de 40% en 2000 descendant cette année vers 14%. Le budget d’Etat pour 2004 est élaboré à partir de l’hypothèse d’une inflation de 9%.
Le déficit budgétaire représentera cette année 2,7% du PIB, tandis que la dette publique reste constante, environ 30% du PIB.
Le Gouvernement roumain a adopté un plan d’action visant à diminuer les barrières administratives pour le milieu des affaires. Il s’agit des procédures administratives simplifiées :
- le guichet unique pour l’accès au marché, ce qui veut dire 20 jours de moins pour la période nécessaire auparavant pour le démarrage d’une affaire
- l’adoption d’une série de mesures visant la mise en place d’un cadre légal concernant la faillite, la transparence accrue dans l’administration publique et dans les procédures administratives, la diminution de la bureaucratie et des mesures sévères contre la corruption
La Roumanie encourage les investissements étrangers par des divers mécanismes légaux et fiscaux. Nous avons créé l’Agence pour les Investissements Etrangers en Roumanie (ARIS) comme interface entre les investisseurs étrangers et les milieux d’affaires, d’une part, et l’administration roumaine, d’autre part. Son président est parmi nous.

Le but de notre présence ici est d’intensifier la coopération bilatérale avec les entreprises françaises afin de créer un cadre adéquat d’action pour vous, pour le milieu d’affaires et de faciliter la conclusion des nouveaux contrats et des partenariats commerciaux de coopération.
L’attractivité de la Roumanie pour les investisseurs étrangers devient de plus en plus évidente.
Plusieurs facteurs jouent leur rôle positif : le climat politique stable ; les progrès de la transition, la stabilisation macro-économique, et le respect de la Loi ; le niveau du développement de l’infrastructure, de la disponibilité des ressources, de la qualité et des coûts de la main d’œuvre, de l’accès aux marchés extérieurs et de la taille du marché intérieur ; enfin, un certain degré de proximité culturelle s’avère extrêmement importante pour nos échanges bilatéraux.

L’intégration à l’OTAN est acquise.
La perspective de l’adhésion à l’Union européenne est devenue plus nette et claire.
Le récent rapport de la Commission européenne sur la Roumanie a donné une évaluation positive et encourageante aux performances du gouvernement roumain, le premier à avoir rattrapé le décalage enregistré dans le passé dans les négociations pour l’adhésion à l’Union européenne. Le rapport constitue, également, une bonne et positive base pour atteindre nos objectifs : la clôture des négociations en 2004, la signature du traité d’adhésion en 2005 et l’adhésion effective en 2007.
Respecter ce calendrier d’adhésion dépend, en égale mesure, de nos préparations internes et de notre capacité à remplir les critères d’adhésion, tout comme de la volonté politique des États membres et de la Commission européenne à soutenir les efforts de la Roumanie.
L’appui constant de la France pour l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne, que nous en apprécions beaucoup, est, en même temps, une garantie pour les milieux d’affaires français pour faire plus de commerce et d’investir davantage en Roumanie.

J’espère que mes propos vont encourager et inciter les hommes d’affaires ici présents à intensifier et élargir leurs affaires avec les sociétés partenaires de Roumanie.
Je vous remercie d’être venus en si grand nombre ce qui me fait croire que l’intérêt que vous portez à l’économie roumaine est bien grand. Nous devrons nous en féliciter.
Je vous remercie de votre attention."


Lors de cette visite à Lyon, le Président Iliescu a annoncé l’ouverture en 2004 d’un consulat de Roumanie dans la capitale des Gaules, assortie éventuellement d’une mission commerciale.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : des salaires en hausse en 2017
(5/mar./2018)
Les salaires des employés à Bucarest - les mieux payés à l’échelle nationale - ont totalisé 3.126 lei (...)
Immobilier : baisse des prix des appartements en Roumanie
(18/sep./2013)
En Roumanie, les prix dans l’immobilier ont baissé cinq fois plus en 2013 qu’en 2012. Selon une (...)
L’Italie et l’Allemagne principaux partenaires commerciaux de la Roumanie
(5/nov./2012)
[photo : Agerpres] En 2011, les principaux partenaires de la Roumanie dans l’import-export (...)
Grands navires construits en Roumanie pour les Pays-Bas et la Suède
(11/oct./2012)
[photo : Agerpres] Le chantier naval Damen Galaţi va lancer ce mois-ci un grand bâtiment de (...)
Journées Européennes du Patrimoine en Roumanie : Les Rencontres Européennes de Cluj
(19/sep./2012)
En écho aux Journées Européennes du Patrimoine, le Service de Coopération de l’Ambassade de France (...)
La Roumanie, une destination attractive pour les boutiques et le commerce de détail
(31/jan./2012)
Centre commercial en Roumanie La Roumanie est une destination attractive parmi les pays (...)
Roumanie : croissance de 4,4% au 3e trimestre
(16/déc./2011)
L’économie de la Roumanie a progressé de 4,4% au troisième trimestre de cette année, (...)