juin 2006

Le nouvel ambassadeur de Grande-Bretagne en Roumanie

Le nouvel ambassadeur de Grande-Bretagne à Bucarest, Robin Barnett, a appris la langue roumaine en cinq mois et il se déclare enchanté de la cuisine traditionnelle roumaine.

Le nouvel ambassadeur de Grande-Bretagne en Roumanie, M. Robin Barnett, a donné la semaine dernière à Bucarest sa première conférence de presse en cette qualité. Les journalistes présents ont eu une belle surprise quand ils ont constaté que M. Barnett répondait à toutes leurs questions dans une bonne langue roumaine, bien que ses études là-dessus n’aient commencé qu’il y a cinq mois.

’’En ce qui concerne la manière dont je parle roumain, je vous prie d’avoir patience. Je suis encore un simple étudiant et, à vrai dire, mon premier examen de langue roumaine je l’aurai à l’issue de cette rencontre’’, a dit Robin Barnett, témoignant de la traditionnelle politesse britannique.

Robin Barnett a commencé à apprendre la langue roumaine, en janvier dernier à Londres, aussitôt qu’il eut été désigné à succéder à Quinton Quayle à cette fonction. Une fois arrivé en Roumanie, il a complété ses études à l’Université ’’Alexandru Ioan Cuza’’ de Iasi. Il y a suivi un cours intensif de trois semaines, que son prédécesseur Quniton Quayle, lui-même fort apprécié pour ses connaissances de langue roumaine, avait fréquenté à son tour.

Robin Barnett déclare se sentir très bien en Roumanie. ’’Toutes les rencontres, formelles ou informelles, que j’ai eues à Bucarest et à Iasi m’ont plu. J’aime aussi votre cuisine et vos vins’’, a-t-il dit.

’’Je me propose de voyager beaucoup à travers la Roumanie, qu’il s’agisse des voyages officiels ou personnels’’, a poursuivi Robin Barnett. Il a promis qu’il ferait de son mieux afin d’aider les Roumains à surmonter les difficultés liées à l’héritage historique communiste et à occuper la place qu’ils méritent au sein de la famille européenne.

’’J’ai travaillé en tant que diplomate en Pologne, pendant la période communiste, je comprends, donc, ce que cette période signifie. J’ai également travaillé en Pologne, cette fois-ci, pendant la période précédant l’adhésion de ce pays à l’Union européenne et par conséquent je sais où l’on peut arriver. J’espère que mon expérience sera utile’’, a dit l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Roumanie. [source : Rompres]

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
L'Opéra national de Roumanie à Cluj a 100 ans
(20/mai./2020)
L’Opéra national de Roumanie à Cluj marquera le 100e anniversaire de son existence à travers un (...)
1er mars, fête du "Martisor" en Roumanie
(26/fév./2020)
Le « martisor » (nom populaire du mois de mars) est fêté en Roumanie le premier jour de mars, les (...)
La Roumanie et l'Europe de l'Est. 30 ans après la chute du mur. Débat.
(2/déc./2019)
30 ans après la chute du mur de Berlin, l’Institut français de Roumanie à Cluj-Napoca vous invite à (...)
Une vie de roman : une Roumaine du XIXe siècle, exploratrice et Lady
(2/nov./2019)
Florica Maria Sas est née en1841 à Aiud, département d’Alba, en Roumanie. Elle est plus connue sous (...)
France–Roumanie, regards croisés. Oubliez vos clichés
(17/avr./2019)
France–Roumanie, regards croisés : Anda Bercu et Nicolas Friess ◤ vernissage 18 avril à 18h30 (...)
La Roumanie se sépare de son dernier roi
(16/déc./2017)
La Roumanie se sépare de son dernier souverain. Avec le passage à l’éternel, le roi Michel (Mihai (...)
La mort du roi Michel, et la généalogie de la famille royale de Roumanie
(10/déc./2017)
Le roi Michel de Roumanie est décédé le 5 décembre 2017 à 13h00. Il avait 96 ans depuis le 25 (...)