juin 2007

Medecine Roumanie : greffe partielle de rein en première mondiale

Un enfant de trois ans qui souffrait d’insuffisance rénale a reçu une partie d’un rein de sa mère, cette procédure - transplantation d’hémirein - étant une première mondiale, selon le chirurgien Mihai Lucan.

L’opération a eu lieu le mercredi, 20 juin, à l’Institut d’urologie et transplantation rénale de Cluj-Napoca (centre de la Roumanie), où le garçon et sa mère ont été opérés par une équipe de médecins dirigée par Mihai Lucan.

M. Lucan a expliqué que, bien qu’un rein ait été prélevé à la mère, celui-ci n’avait pas été transplanté intégralement, n’étant pas compatible avec l’organisme du petit. Pratiquement, après le prélèvement, l’organe a été soumis à une opération de chirurgie microscopique extracorporelle, au cours de laquelle il a été divisé en deux. Une partie, environ deux tiers du rein, a été transplantée chez l’enfant. L’autre partie a été écartée, car elle n’était pas viable.

Le garçon, originaire de Bucarest, qui a fait la dialyse péritonéale - six fois par jour - dès l’âge de neuf mois, a la taille d’un enfant d’un an. À la suite de l’opération, qui a duré sept heures, le rein confectionné par les médecins a commencé à fonctionner.

Le lendemain de l’intervention, la mère et l’enfant se portaient bien. Ils ont fêté leurs anniversaires pendant le séjour à l’hôpital. La mère a fêté ses 27 ans le jour même de l’opération.

La décision de donner un rein à leur fils a été prise par les deux parents, avec l’accord des médecins. Selon le père, Bogdan Ionescu, le plus important, c’est que l’opération a réussi, que l’enfant va bien et qu’il aura une vie normale, enfin, que sa femme va bien, elle aussi.

Seules des greffes partielles de foie et de poumons avaient été réalisées jusqu’à présent dans le monde. 16 bébés sur mille naissent avec une insuffisance rénale. La dialyse et la transplantation représentent des possibilités qu’ils soient sauvés. Cependant, les chances de trouver un rein compatible avec le petit patient sont très minces. [source : Rompres]

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : un système anticancéreux révolutionnaire, en cours d'étude par des chercheurs roumains de l'Université Polytechnique de Bucarest
(10/jui./2022)
Un système révolutionnaire qui détruit les tumeurs est en cours d’étude à l’Université polytechnique (...)
Des chercheurs roumains de l’Université de Iasi, ont découvert un nouveau mécanisme de détection génétique du Covid
(7/jui./2022)
Des chercheurs de l’Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iasi (UAIC), Roumanie, ont annoncé avoir (...)
De l'or pour des médecins roumains au concours international Eureka, à Bruxelles
(23/nov./2015)
Une équipe de médecins de l’Hôpital militaire central de Bucarest a remporté la médaille d’or au (...)
Chercheurs roumains et prix Nobel de médecine
(14/nov./2012)
[photo : Romania Libera] A l’occasion du centenaire de la naissance du seul Roumain (...)
Roumanie : un IPhone pour détecter les cancers de la peau
(31/aoû./2011)
Une équipe de deux dermatologues et deux mathématiciens roumains travaillent à une nouvelle (...)
Hôpitaux et cliniques privés : les investisseurs s'étendent en Roumanie
(25/jan./2011)
Les managers de l’industrie de la santé ont inclus dans leur business plan d’autres villes que (...)
Les pharmacies et la commercialisation des médicaments en Roumanie
(24/nov./2010)
Environ 40 distributeurs se partagent le marché roumain de la distribution pharmaceutique. Le (...)