mars 2006

Mer Noire : le développement économique et l'érosion des plages

Bucarest, 3 mars/Rompres/ - Le développement économique des pays du bassin de la mer Noire et l’érosion des plages sont les principales causes de la détérioration du milieu marin et de la zone côtière, a déclaré ce vendredi le ministre d’État à la coordination des activités du domaine économique, Gheorghe Pogea, en ouverture de la réunion des ministres de l’Environnement des pays membres de l’Organisation de la Coopération économique à la mer Noire /OCEMN/.

Les prévisions à long terme mettent en évidence l’amplification du processus de détérioration de l’environnement marin à cause de l’action combinée du rechauffement global, des changements climatiques, de la croissance du niveau des mers ou des ouvrages techniques, a relevé Pogea.

"Selon la Roumanie, les aspects d’environnement de la région de la mer Noire visent en égale mesaure des États membres de l’OCEMN que l’Union européenne, compte tenu que, dès 2007, après l’intégration européenne de la Roumanie et de la Bulgarie, les frontières de l’UE avoisineront la mer Noire", a affirmé à la même réunion la ministre de l’Environnement et de l’Administration des Eaux, Sulfina Barbu.

La Roumanie détient la présidence en exercice de l’Organisation dès octobre 2005 jusqu’en avril 2006. Les priorités de la présidence roumaine à l’OCEMN envisagent le transfert de technologies et d’expertise pour protéger l’environnement, le renforcement de la coopération en matière de recherche scientifique, la diminution de la pollution à la mer Noire et aux autres mers de l’espace de l’OCEMN, le développement économique durable des zones côtières, l’exploitation rationnelle des ressources vivantes et la garantie de fonds pour l’acquisition de l’équipement.

Les USA sont devenus récemment observateur des projets de l’OCEMN. Une délégation de l’Organisation examinera le potentiel de l’implication du Japon dans la zone de la mer Noire lors d’une visite à Tokyo, a relevé le secrétaire général de l’OCEMN, Tedos Japaridze. Il a également souligné l’importance des fonds nécessaires pour les projets de protection de l’environnement.

L’OCEMN vient de développer un instrument financier pour les études de faisabilité nécessaires aux projets du domaine de la protection de l’environnement.

L’OCEMN a été créée en 1992 par l’Albanie, l’Arménie, l’Azerbaidjan, la Bulgarie, la Géorgie, la Grèce, la République de Moldavie, la Roumanie, la Fédération de Russie, la Turquie et l’Ukraine.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Disparition catastrophique des forêts en Roumanie
(24/oct./2012)
[Images NASA] Une vaste zone forestière des monts Giurgeului, dans les Carpates, située dans (...)
La Roumanie protège ses chevaux sauvages dans le Delta du Danube
(18/avr./2011)
L’Autorité de la Réserve biosphère du Delta du Danube (ARBDD) développe un projet visant à protéger (...)
Roumanie, tremblement de terre : les zones les plus dangereuses à Bucarest
(11/oct./2010)
Du point de vue géologique, la situation de Bucarest est dangereuse, car la ville s’étend sur une (...)
Tremblement de terre redouté en Roumanie et en Ukraine
(27/sep./2010)
Selon les experts de Institut roumain de séismologie appliquée (IRSA), la région de Vrancea passe (...)
Pluies et inondations en Roumanie
(30/jui./2010)
Le Danube est monté au dessus du niveau d’alerte, aux stations de mesure de Calafat et Bechet, (...)
Roumanie : la prévention des conflits avec les ours
(26/mar./2010)
Un programme de protection des ours dans les départements du centre de la Roumanie (Harghita, (...)
Le froid persiste : -21°C dans le centre de la Roumanie
(8/mar./2010)
Ce dimanche 7 mars, à Joseni, dans le département d’Harghita (centre de la Roumanie), la (...)