mai 2007

Plus besoin de permis pour travailler en Roumanie pour les résidents de l'UE

Bucarest, 23 mai (Rompres) - Les résidents des États de l’Union européenne (UE) n’auront plus besoin de permis spéciaux pour travailler en Roumanie, à la suite de la décision du gouvernement de la Roumanie d’approuver, ce mercredi, un Mémorandum concernant la libéralisation de l’accès des résidents de l’UE et de l’Espace économique européen au marché de l’emploi de Roumanie.

Le ministre du Travail, Paul Pacuraru, a déclaré que le ministère qu’il dirige allait élaborer un projet d’acte normatif en vue de la modification des réglementations actuelles dans le domaine.

L’ouverture du marché de l’emploi de Roumanie aux résidents de l’UE pourrait influencer de manière positive la décision des autres États membres au moment où ils vont réviser leur politique concernant la circulation des travailleurs roumains.

Les effets de la flexibilisation du marché de l’emploi de Roumanie seront également ressentis positivement dans la manière dont les compagnies des États de l’UE percevront le climat de stabilité et de transparence créé.

Seulement 22,3% du nombre des permis valables le 31 mars 2007 en Roumanie ont été délivrés pour les résidents des États membres de l’UE - à savoir 1994 permis sur un total de 8952. Le poids de ces permis dans le nombre total de salariés de Roumanie est de 0,04%.

11 États ont décidé de libéraliser en totalité l’accès des travailleurs roumains (République tchèque, Estonie, Chypre, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovénie, Slovaquie, Finlande, Suède et Bulgarie), cinq États ont libéralisé partiellement les procédures grâce auxquelles est réalisé l’accès au marché de l’emploi (France, Italie, Hongrie, Belgique et Luxembourg) et dix États ont maintenu le régime existant antérieurement à la date de l’adhésion de la Roumanie à l’UE (Danemark, Allemagne, Irlande, Grèce, Espagne, Malte, Pays-Bas, Autriche, Portugal et Grande-Bretagne).

Plusieurs États membres qui n’ont pas libéralisé l’accès de la main-d’oeuvre de Roumanie ont flexibilisé partiellement les procédures d’admission des résidents roumains, mettant en oeuvre dans certains cas un traitement similaire à celui réservé aux résidents des États qui ont adhéré à l’UE le 1er mai 2004, dans la deuxième étape des mesures transitoires.

D’autres États ont déclaré que la révision des mesures transitoires serait faite une année après la date de l’adhésion, la mise en oeuvre par la Roumanie du même régime de restriction étant donc inopportune.

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : le chômage augmente au premier trimestre 2011
(17/aoû./2011)
Le taux de chômage en Roumanie, d’après le Bureau International du Travail, était de 7,6 % au (...)
Genpact va embaucher 160 diplômés en Roumanie, à Bucarest et Cluj
(18/mai./2011)
Genpact Roumanie, fournisseur de services pour les affaires et de services BPO (Business (...)
Genpact va embaucher 160 diplômés à Bucarest et Cluj
(13/avr./2011)
Genpact Roumanie, fournisseur de services pour les affaires et de services BPO (Business (...)
Google va embaucher en Roumanie en 2011
(26/déc./2010)
Google Roumanie va embaucher, d’ici la fin de l’année prochaine, environ 7 à 8 personnes, en (...)
Roumanie : manifestations à Bucarest contre les mesures anti-crise
(22/sep./2010)
[photo Agerpres] A Bucarest, après le meeting organisé par la fédération syndicale Sanitas (...)
Roumanie : grève générale dans le secteur public
(31/mai./2010)
Les employés du secteur public roumain ont entamé une grève générale lundi, avec la participation (...)
Les retraités roumains-canadiens pourraient bénéficier d’une double retraite
(12/avr./2010)
Les Roumains installés au Canada pourraient percevoir la retraite cumulée lors de leurs années de (...)