janvier 2008

Roumanie : le sommet de l’OTAN ne perturbera pas la vie à Bucarest

Bucarest, 22 jan /Rompres/ - Le Commandement national pour la sécurité du sommet de l’OTAN, qui sera tenu en avril à Bucarest, assure les Bucarestois que l’application des mesures de sécurité nécessaires pour le bon déroulement du sommet ne perturberont pas leurs activités quotidiennes.

Selon un communiqué du Commandement, rendu public ce mardi, la conception générale de sécurité pour le sommet d’avril a pris en compte la nécessité de ne pas imposer trop de restrictions des droits et des libertés des personnes.

Les documents et les plans visant la sécurité du sommet seront remis au cours de cette semaine au Conseil suprême de défense du pays (CSAT) en vue de l’approbation.

"Le Commandement national pour la sécurité du sommet de l’OTAN a finalisé la conception de sécurité de la réunion d’avril, devant parcourir les étapes d’évaluation, de préparation et d’entraînement des forces participantes au dispositif de sécurité. Les documents qui seront remis au CSAT ont été élaborés conformément aux normes de l’OTAN et au Mémorandum conclu par International Task Force OTAN avec notre pays", selon le communiqué de presse.

Dans la période à venir, la Roumanie sera visitée par des groupes des pays participants au sommet pour leur présenter les mesures de sécurité. Par ailleurs, seront effectués des entraînements et des applications communes des forces de sécurité impliquées dans l’organisation de l’événement de Bucarest et une simulation générale des mesures de sécurité prévues sera effectuée.

Les membres du Commandement national pour la sécurité du sommet de l’OTAN assurent en permanence l’évaluation des risques dans le contexte de sécurité déterminé par la préparation et le déroulement du sommet de Bucarest, la vérification des capacités opérationnelles des forces impliquées dans l’activité de sécurité, la coordination des activités de préparation commune des entraînements et des échanges d’expérience du personnel impliqué dans l’organisation du sommet.

Le Commandement national pour la sécurité du sommet de l’OTAN est composé de hauts représentants du ministère de la Défense, du ministère de l’Intérieur et de la Réforme administrative, du Service de protection des personnalités, du Service roumain d’informations, du Service de renseignements extérieurs, du Service de télécommunications spéciales et de l’Office du registre national pour les informations secrètes d’État. Le Commandement a l’obligation d’assurer la sécurité pendant la période de préparation et le déroulement du sommet de Bucarest.

Des informations liées au trafic et aux mesures spéciales de protection des membres des délégations seront publiées sur le site officiel du sommet de l’OTAN de Bucarest - www.summitbucharest.ro.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
La Roumanie, premier pays hors USA à produire des hélicoptères Bell Viper AH-1Z
(3/aoû./2017)
Le Ministre de la Défense roumain, Adrian Ţuţuianu, et le Premier ministre Mihai Tudose, ont signé (...)
Quatre militaires roumains blessés en Afghanistan
(30/avr./2015)
Selon MND, quatre militaires roumains en mission en Afghanistan, ont été blessés par l’explosion (...)
Bouclier anti-missiles, la Roumanie devant un moment historique
(28/oct./2013)
La base militaire de Deveselu, dans le département d’Olt, accueillera le bouclier antimissiles (...)
Un bouclier anti-missiles américain sur le territoire de la Roumanie
(19/fév./2010)
La Roumanie a accepté de recevoir sur son territoire des installations anti-missiles américaines. (...)
48 % des Roumains souhaitent que leurs troupes quittent l’Afghanistan
(18/sep./2009)
Environ 48 % des Roumains souhaitent le retrait total des troupes roumaines d’Afghanistan, (...)
OTAN : la Roumanie poursuit sa présence au Kosovo et en Afghanistan
(24/mar./2009)
Le président Traian Basescu a annoncé à l’issue de la séance du CSAT que la Roumanie pourrait (...)
La Roumanie sous le bouclier anti-missiles américain
(5/mar./2009)
Dans un article intitulé ’’Les Etats-Unis pourraient placer la Roumanie sous le bouclier (...)