janvier 2010

Roumanie : sanctions pour les anciens agents de la Securitate et des anciens activistes communistes

La Société roumaine d’études historiques (SSIR) a lance une pétition, signée par des noms importants de la société civile roumaine, demandant de réduire les retraites des anciens activistes communistes de haut rang, et des personnes qui occupaient autrefois des positions de décision au sein de l’ancienne police politique communiste, la Securitate.

Avec des débats traitant de la Loi sur la retraite unique, le SSIR et les signatures de la pétition demandent au gouvernement roumain de trouver une solution légale et constitutionnelle pour diminuer les retraites des responsables d’atrocités durant la période communiste. Au niveau européen, la Pologne est le plus récent exemple de ce genre de mesure : à partir de janvier 2010, les anciens officiers de l’armée communiste, et les anciens officiers de police, touchant une retraite supérieure à 24.000 € par an, verront leur revenu annuel diminué de 50 %.

Cette mesure constituerait un geste de réparation à l’adresse des victimes de l’époque communiste, et une preuve que l’on souhaite sanctionner l’atteinte aux droits humains et aux lois et normes démocratiques. Cette demande avait déjà été déposée, sous des formes légèrement différentes, par la Commission présidentielle pour l’analyse de la dictature communiste (en 2006), le Groupe pour le dialogue social (2007), et l’Institut pour l’étude des crimes communistes en Roumanie (2008).

Actuellement, les ex-activistes communistes et les anciens agents de la Securitate perçoivent une retraite bien plus importante que la moyenne des retraités en Roumanie. Les anciens Sécuristes prenaient leur retraite selon des modalités législatives particulières, qui les privilégiaient par rapport au citoyen ordinaire. Sécuristes et activistes ont bénéficié de conditions privilégiées avant 1989, et ont conservé leurs privilèges après la révolution de 1989.

Parmi les personnalités qui ont signé la pétition, figurant Gabriel Liiceanu, Ana Blandiana, Norman Manea, Dumitru Tepeneag, Vladimir Tismaneanu, Dan Petrescu, Dan Lungu, Caius Dobrescu, Liviu Antonesei, Nicolae Manolescu, Nestor Ratesh, Carmen Musat, Liviu Tofan, Michael Shafir, Daniel Barbu, Cristian Preda, Victor Rebengiuc, Marius Oprea, Andrei Pippidi, Mihnea Berindei, Radu Filipescu, Leon Volovici, Dennis Deletant, Andrei Oisteanu, Dragos Petrescu, Dinu Zamfirescu, Gabriel Andreescu, Mihai Maniutiu, Cristian Pirvulescu, Smaranda Enache.
[source : HotNews]

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
La Roumanie, un exemple de la lutte anti-corruption ?
(6/jui./2016)
L’hebdomadaire britannique The Economist a publié, dans une édition papier, un article sur la (...)
Une jeune fille pulvérisée par la voiture d’un diplomate russe
(23/oct./2012)
[photo : Adevarul] La vie de la jeune Mădălina Băcanu a été détruite, dimanche soir, quand le (...)
Roumanie : la DGA crée des comptes sur Facebook, YouTube et Yahoo Messenger
(11/fév./2010)
La Direction générale anti-corruption (DGA) fait son entrée sur les réseaux sociaux sur le Net, en (...)
L’Ile des Serpents : la Roumanie gagne à La Haye face à l’Ukraine
(3/fév./2009)
Depuis 42 ans, l’Ile des Serpents fait l’objet d’un différend entre la Roumanie et l’ancienne Union (...)
Roumanie. Le Parlement décide une "nouvelle nationalisation" des maisons
(9/oct./2008)
"Le Parlement a décidé la nouvelle nationalisation", titre le journal Romania Libera affirmant (...)
Roumanie. Une législation pour lutter contre l’antisémitisme
(18/sep./2008)
Bucarest, 18 sept /Agerpres/ - Le conseiller gouvernemental Mihnea Constantinescu a déclaré ce (...)
Roumanie : sanctions pour non déclaration de patrimoine
(22/jui./2008)
Bucarest, Roumanie, 21 juil. (Agerpres) - Le président de l’Agence nationale roumaine d’Intégrité (...)