octobre 2010

Roumanie, tremblement de terre : les zones les plus dangereuses à Bucarest

Du point de vue géologique, la situation de Bucarest est dangereuse, car la ville s’étend sur une structure faible, qui amplifie les tremblements de terre. Selon les cartes des micro-zones sismiques, dressées après l’étude des tremblements de terre de 1977, 1986 et 1990, un tremblement de terre de degré 7 sur l’échelle de Richter, partant de Vrancea, est amplifié à Bucarest, et peut aller jusqu’à 8 degrés, voire 8,6 – menant à une catastrophe.

Cette hypothèse ne s’applique pas à la totalité de la capitale roumaine. Les zones les plus exposées sont au nord, à l’ouest, au sud-ouest et l’est. Curieusement, le sud est beaucoup mieux protégé, surtout le quartier de Berceni. Ceci malgré le fait que, comme l’explique Gheorghe Marmureanu, directeur de l’Institut de Physique de la Terre, le sud est fragile géologiquement. Berceni s’enfonce de 5 millimètres par an, contrairement à Drumul Taberei, qui s’élève de quatre millimètres par an.

Toutefois, la région sud résiste mieux aux tremblements de terre. Pourquoi ? Peu de gens savent que, sous le Parc Tineretului, il existe une immense structure de béton en forme de fer à cheval. Des personnes à la Mairie de Bucarest affirment qu’on y trouverait un grand refuge, préparé pour des cas de force majeure, comme une guerre ou une catastrophe naturelle. Le refuge disposerait de six étages sous terre, et il pourrait accueillir 20.000 personnes. La structure en béton aurait été construite dans les années 60, bien avant l’inauguration de la salle polyvalente, en 1974.
Les mêmes sources nous ont révélé que l’existence d’un abri géant explique que le quartier de Berceni bénéficie d’une protection en cas de tremblement de terre. L’onde sismique serait atténuée par les murs de l’abri.

Les zones les plus dangereuses en cas de tremblement de terre à Bucarest sont la Maison de la Presse (tremblement de terre majoré de 1,61 degrés), Magurele (1,36), Panduri (1,02), Panteleimon (1,00) Balta Albă (0 ,93), et Militari (0,92). Dans ces zones, la terre est sablonneuse, et l’onde sismique de Vrancea y serait amplifiée.

Le barrage Ciurel du lac Morii de Bucarest est un réel danger en cas de séisme. S’il se cassait, l’eau pourrait envahir la moitié de la ville. Sorin Oprescu, Maire de Bucarest, est conscient de l’importance du renforcement de la sécurité au lac Morii.
"Si le barrage Ciurel s’effondre, l’eau va monter jusqu’au niveau du 3ème étage de l’hôpital universitaire" a-t-il déclaré il y a quelques mois.
[source : Libertatea]

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Disparition catastrophique des forêts en Roumanie
(24/oct./2012)
[Images NASA] Une vaste zone forestière des monts Giurgeului, dans les Carpates, située dans (...)
La Roumanie protège ses chevaux sauvages dans le Delta du Danube
(18/avr./2011)
L’Autorité de la Réserve biosphère du Delta du Danube (ARBDD) développe un projet visant à protéger (...)
Tremblement de terre redouté en Roumanie et en Ukraine
(27/sep./2010)
Selon les experts de Institut roumain de séismologie appliquée (IRSA), la région de Vrancea passe (...)
Pluies et inondations en Roumanie
(30/jui./2010)
Le Danube est monté au dessus du niveau d’alerte, aux stations de mesure de Calafat et Bechet, (...)
Roumanie : la prévention des conflits avec les ours
(26/mar./2010)
Un programme de protection des ours dans les départements du centre de la Roumanie (Harghita, (...)
Le froid persiste : -21°C dans le centre de la Roumanie
(8/mar./2010)
Ce dimanche 7 mars, à Joseni, dans le département d’Harghita (centre de la Roumanie), la (...)
Roumanie : Alerte Code Jaune, avis de pluies, de vents forts, de routes verglacées pour la capitale et 24 départements
(10/fév./2010)
Le Service météorologique national a émis mardi un bulletin d’alerte Code Jaune pour de fortes (...)