mars 2007

Roumanie : un CA possible de 2 milliards d’euros pour Dacia en 2007

Bucarest, 26 mars(Rompres) - La compagnie roumaine Dacia pourrait réaliser un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en 2007 si la taxe de première immatriculation n’est pas éliminée, a déclaré ce lundi le vice-président de la société, Constantin Stroe.

Si la taxe est éliminée ou sa valeur diminuera bien, les ventes de la Dacia en Roumanie pourraient baisser de 50 pc, a estimé le directeur général de la compagnie, François Fourmont, à une conférence de presse de l’Asscoiation des Producteurs et des Importateurs d’Automobiles (APIA).

M. Fourmont a expliqué que les plus affectées seront les ventes de voitures du segment de prix sous 10 000 euros dont les clients sont les plus sensibles aux prix et les plus tentés à acheter de l’étranger des autos plus anciennes de 10 ans. Il a donné pour exemple la Pologne, où après l’adhésion, dans la période 2004-2006, les ventes de voitures neuves sous 10 000 euros ont baissé de 100 000 unités à 20 000 unités.

La compagnie Dacia a enregistré en 2006 un chiffre d’affaires de 1,549 milliard d’euros, de 29 pc plus que le niveau de 1,199 milliard d’euros en 2005. La société a réalisé l’an dernier un résultat financier positif, presque double que celui de 2005. Le profit net après l’imposition a été de 100,6 millions d’euros, soit 6,5 pc du chiffre d’affaires. La marge opérationnelle s’est située à 107,2 millions d’euros, soit 6,9 pc du chiffre d’affaires. L’an dernier a été le second de profit pour la Dacia, après une période de 5 ans de manques à gagner.

La société a réalisé l’an dernier le meilleur résultat commercial de son histoire, les ventes se chiffrant à 187 215 unités dont 107 777 en Roumanie et 79 438 exportées. Par raport à 2005, les ventes de la Dacia ont cru de 9,3 pc.

Selon le Code fiscal, la taxe de première immatriculation varie en fonction de l’ancienneté de la voiture, du degré de pollution et de la capacité cylindrique, allant de 160 à 8 600 euros, relève la page internet du ministère des Finances publiques. Une taxe similaire est appliquée aussi dans 16 autres États membres de l’Union européenne.

La Commission européenne a transmis mercredi dernier aux autorités de Bucarest une lettre de notification visant la taxe de première immatriculation ; c’est le premier pas de la procédure officielle de constatation de la transgression du Traité de l’Union par la Roumanie.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : le Forum européen de robotique se tiendra à Bucarest cette année
(19/mar./2019)
Plus de 600 exposants seront présents à Bucarest, les 20 et 22 mars, lors de la première édition (...)
La Roumanie construit un ferry 100% électrique pour la Norvège
(4/fév./2018)
C’est une première pour la Roumanie : les chantiers navals Vard de Braila entamera dans les (...)
Partenariat informatique entre une société roumaine et Adobe
(4/déc./2017)
La société Adobe a récemment signé un partenariat avec la société roumaine Trans Sped, grâce auquel (...)
La Roumanie, une pépinière de startups
(19/sep./2017)
A première vue, la Roumanie paraît peu adaptée aux startups de dernière génération. Dans les cliché, (...)
WikiLeaks : seul Bitdefender résiste à l’espionnage de la CIA
(13/mar./2017)
La CIA arrive à profiter de certaines failles des systèmes de sécurité informatique, selon (...)
Dacia lance ses nouvelles Logan et Sandero au Salon de l’Automobile de Paris
(16/sep./2016)
Le constructeur roumain Dacia est habituellement très attentif à la diffusion dans les médias de (...)
Le roumain, deuxième langue la plus parlée dans les bureaux de Microsoft‏
(13/mai./2015)
La Roumanie a démontré qu’elle est devenue un leader dans les technologies informatiques, et le (...)