juin 2006

Roumanie : un homme converti à l’islamisme soupçonné de terrorisme

Bucarest, 27 juin/Rompres/ - Florian Les, un jeune de Lugoj /ouest/, converti à l’islamisme et soupçonné de terrorisme, a été présenté aux juges de la Cour d’Appel de Timisoara, avec la proposition d’arrestation préventive, a informé lundi soir le chef de la Direction d’Investigation des Infractions de Criminalité organisée et Terrorisme /DIICOT/ auprès de la Cour d’Appel de Timisoara /ouest/, le procureur Mircea Andres.

Florian Les était surveillé depuis une année par le Service roumain d’Informations /SRI/, des offiicers de ce Service ayant réussi à s’infiltrer dans l’entourage de celui-ci. Mircea Andres a ajouté que Florian Les était l’adepte de la réligion islamique et, vu que la Roumanie participait à l’instauration de la paix en Irak et à la mission de l’ONU en Afghanistan, celui-ci voulait donner une leçon au pays. Il a dit aux procureurs qu’il voulait venger ses frères islamistes et déterminer les autorités roumaines à retirer les troupes d’Irak.

Florin Les a été arrêté lundi soir lorsqu’il sortait de Buzias, vers Timisoara, à bord de sa voiture où il avait une charge explosive artisanale qui devait être détonnée dans une place aglomérée de Timisoara.

Le système explosif était formé de plusieurs bouteilles de butane connectées à un dispositf artisanal, l’auto étant ainsi une véritable voiture piégée. Florin Les a déclaré aux enquêteurs que le dispositif devait être déclenché par le portable.

Le SRI a surveillé Florin Lesch depuis décembre 2004

Bucarest, 27 juin/Rompres/ - Le jeune de Lugoj (ouest) arrêté lundi soir, Florin Lesch, suspecté de vouloir détonner un engin explosif dans la ville de Timisoara, a été surveillé par le Service roumain d’informations (SRI) depuis le 17 décembre 2004.

Les services d’informations ont eu des suspicions quant aux liaisons de Lesch avec les organisations terroristes fondamentaliste-islamiques, ainsi qu’en ce qui concerne l’organisation d’attentats terroristes sur le territoire de la Roumanie.

Le SRI a précisé dans un communiqué transmis à l’Agence Rompres qu’à partir de 2002, Florin Lesch a participé à des camps de préparation religieuse organisés en Roumanie et à cette occasion il est entré en liaison avec des membres de l’organisation extrémiste terroriste "Les frères musulmans". À cette occasion, il a exprimé ouvertement son adhésion au jihad islamique critiquant la politique pro-occidentale de la Roumanie.

"Après la conversion à l’islamisme et l’adoption du pseudonyme Aynan Hassan Abger (ancien soldat dans la VIIe brigade de l’Armée islamique bosniaque), Florin Lesch a été endoctriné dans les préceptes fondamentalistes se déclarant prêt à se sacrifier dans un attentat terroriste", selon la source citée.

Par ailleurs, par le biais d’internet, celui-ci a promu des attitudes violentes anti-israéliennes et anti-occidentales, exhortant à l’implication dans le jihad et a maintenu en permanence le contact avec des adeptes de l’idéologie fondamentaliste-islamique du pays et de l’étranger, notamment avec des musulmans de régions connues comme une pépinière du phénomène terroriste.

Sur la base des données obtenues, le 17 août 2005, le SRI a saisi la Section territoriale Timis d’investigation des infractions liées au crime organisé et au terrorisme.

Florin Lesch a été arrêté lundi soir à la sortie de Buzias (ouest) par les troupes SRI et les procureurs de la DIICOT, alors qu’il conduisait son automobile personnelle. À bord du véhicule se trouvaient les engins explosifs qu’il voulait détonner dans un lieu aggloméré de Timisoara. Il a déclaré aux enquêteurs qu’il voulait venger ses frères islamistes de Tchétchénie et de Bosnie.

Les procureurs de la Direction d’investigation des infractions liées au crime organisé et au terrorisme (DIICOT) Timisoara et les officiers du SRI ont affirmé que Florian Lesch avait démonté le siège arrière de la voiture pour y mettre les deux bouteilles chargées qui devaient être connectées à un dispositif qui allait déclencher l’explosion.

Le chef de la DIICOT Timisoara, le procureur chef Mircea Andres, a affirmé que Florin Lesch devait utiliser 80 kg de dynamite pour détonner la charge explosive placée dans sa voiture.

Les procureurs DIICOT dans le cadre du parquet auprès de la Cour d’appel de Timisoara enquêtent plusieurs affaires impliquant des suspectés de terrorisme et des informations selon lesquelles dans l’ouest du pays des transferts douteux d’argent auraient lieu liés à certaines groupes ou personnes suspectés de terrorisme.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
La Roumanie, un exemple de la lutte anti-corruption ?
(6/jui./2016)
L’hebdomadaire britannique The Economist a publié, dans une édition papier, un article sur la (...)
Une jeune fille pulvérisée par la voiture d’un diplomate russe
(23/oct./2012)
[photo : Adevarul] La vie de la jeune Mădălina Băcanu a été détruite, dimanche soir, quand le (...)
Roumanie : la DGA crée des comptes sur Facebook, YouTube et Yahoo Messenger
(11/fév./2010)
La Direction générale anti-corruption (DGA) fait son entrée sur les réseaux sociaux sur le Net, en (...)
Roumanie : sanctions pour les anciens agents de la Securitate et des anciens activistes communistes
(22/jan./2010)
La Société roumaine d’études historiques (SSIR) a lance une pétition, signée par des noms importants (...)
L’Ile des Serpents : la Roumanie gagne à La Haye face à l’Ukraine
(3/fév./2009)
Depuis 42 ans, l’Ile des Serpents fait l’objet d’un différend entre la Roumanie et l’ancienne Union (...)
Roumanie. Le Parlement décide une "nouvelle nationalisation" des maisons
(9/oct./2008)
"Le Parlement a décidé la nouvelle nationalisation", titre le journal Romania Libera affirmant (...)
Roumanie. Une législation pour lutter contre l’antisémitisme
(18/sep./2008)
Bucarest, 18 sept /Agerpres/ - Le conseiller gouvernemental Mihnea Constantinescu a déclaré ce (...)