juillet 2022

Roumanie : un système anticancéreux révolutionnaire, en cours d'étude par des chercheurs roumains de l'Université Polytechnique de Bucarest

Un système révolutionnaire qui détruit les tumeurs est en cours d’étude à l’Université polytechnique de Bucarest. Des spécialistes de la Faculté de génie chimique et de biotechnologie travaillent sur d’autres méthodes de libération contrôlée et ciblée de médicaments, avec moins d’effets secondaires.

Les spécialistes en biotechnologie de l’École polytechnique de Bucarest chargent le médicament dans de la magnétite invisible à l’œil nu, de l’ordre d’un milliardième de mètre. Le système brûle pratiquement les tumeurs par hyperthermie, sans détruire d’autres cellules.

Ovidiu Oprea, professeur docteur à la Faculté de génie chimique et de biotechnologie : "Ils sont intégrés dans les cellules tumorales. À l’aide d’un champ magnétique externe oscillant, nous modifions pratiquement la polarité et ces nanoparticules en mouvement créent une friction, ce qui conduit à une augmentation de la température dans cette zone. On atteint 42-43 degrés, moment auquel la mort des cellules tumorales est induite."

Les chercheurs roumains travaillent également sur un système de libération ciblée et contrôlée du médicament qui utilise comme vecteur des liposomes, ou des graisses comme le beurre ou l’huile. Des cytostatiques extrêmement puissants sont chargés dans des petites particules de graisse en plus petites quantités, mais suffisamment pour tuer le cancer sans effets secondaires.

La méthode peut également être appliquée aux thérapies contre les infections virales, bactériennes ou fongiques, précisent les chercheurs. La libération contrôlée peut également être effectuée à la surface de la peau.

Mais les patients doivent encore attendre. La recherche en laboratoire d’un nouveau médicament prend de 2 à 3 ans. Des tests sur des cultures de cellules vivantes suivent pour voir si cela fonctionne. Par la suite, les laboratoires pharmaceutiques qui reprennent le brevet, en collaboration avec les hôpitaux, s’occupent des essais cliniques sur les personnes. Il faut jusqu’à 10 ans de l’idée au traitement des patients.

source : TVR

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Des chercheurs roumains de l’Université de Iasi, ont découvert un nouveau mécanisme de détection génétique du Covid
(7/jui./2022)
Des chercheurs de l’Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iasi (UAIC), Roumanie, ont annoncé avoir (...)
De l'or pour des médecins roumains au concours international Eureka, à Bruxelles
(23/nov./2015)
Une équipe de médecins de l’Hôpital militaire central de Bucarest a remporté la médaille d’or au (...)
Chercheurs roumains et prix Nobel de médecine
(14/nov./2012)
[photo : Romania Libera] A l’occasion du centenaire de la naissance du seul Roumain (...)
Roumanie : un IPhone pour détecter les cancers de la peau
(31/aoû./2011)
Une équipe de deux dermatologues et deux mathématiciens roumains travaillent à une nouvelle (...)
Hôpitaux et cliniques privés : les investisseurs s'étendent en Roumanie
(25/jan./2011)
Les managers de l’industrie de la santé ont inclus dans leur business plan d’autres villes que (...)
Les pharmacies et la commercialisation des médicaments en Roumanie
(24/nov./2010)
Environ 40 distributeurs se partagent le marché roumain de la distribution pharmaceutique. Le (...)
Roumanie : nouvelles cliniques cherchent des medecins stars
(26/avr./2010)
Les réseaux de cliniques privées roumains ont annoncé des investissements dans différents (...)