septembre 2022

Le Roumain Dragoș Alexandru Păun, dans l'équipe de la première mission de la NASA sur la Lune, après 50 ans : Mission Artemis 1

"Dans un deuxième temps j’irais sur la Lune. Vous savez que de là aussi, vous pouvez voir les Carpates, Montes Carpatus !", déclare, dans une interview pour le journal Gândul, Dragoș Alexandru Păun, le Roumain qui "partage" sa vie entre la Terre et la Lune. L’ingénieur roumain de Brașov, installé en Allemagne depuis plusieurs années, est l’un des professionnels de l’équipe travaillant au lancement de la mission Artemis 1, partie du projet par lequel la NASA vise à renvoyer un équipage humain sur la Lune d’ici 2025.

Ce qui pour beaucoup d’entre nous ressemble à un épisode de "Star Trek", pour l’ingénieur roumain, cela représente la normalité de son travail et la réalisation de son plus grand rêve depuis l’enfance, lorsqu’il est tombé éperdument amoureux de l’aviation.

Dragoș Alexandru Păun raconte comment, au début, il voulait être pilote de chasse. Il a compris très tôt, que l’aviation est sa priorité numéro un et, quoi qu’en disent et pensent les autres, celle-ci est sa voie.

Dragoș Alexandru Păun est diplômé de la Faculté des constructions aérospatiales de l’Université Transilvania de Brașov, puis a suivi un master international en Italie, en France et en Allemagne, basé sur ce qui le fascinait le plus : découvrir les secrets du vol spatial habité. C’est une porte d’entrée qui le propulse sur la grande « scène », l’aide à rencontrer des gens qui lui ouvrent des horizons dans ce domaine difficile à atteindre.

L’ingénieur roumain de Brașov vit son grand rêve

Après des années de travail dans un domaine intangible pour la plupart d’entre nous, Dragoș Alexandru Păun a vu son rêve se réaliser. Aujourd’hui, il fait partie des missions - dont il n’osait que rêver autre fois - qui le motivent, le défient et lui révèlent chaque jour davantage les mystères de l’espace et de la Lune. L’une de ses tâches sur la mission Artemis 1 était de déployer et d’intégrer huit des 33 moteurs de la navette Orion - le projet conjoint par lequel la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) visaient à emmener un équipage humain sur la Lune et le retour sur la Terre.

Dragoș Alexandru Păun : Au départ, je voulais être pilote de chasse. Nous, à Brașov, nous avons l’Académie d’aviation militaire, nous avions aussi des planeurs à l’aéroport de Sânpetru... Ces choses m’ont donné un peu, une formation, une discipline et un horizon à regarder. Mon père est aussi extrêmement passionné par l’aviation et il est aussi diplômé de l’université de Brașov chez Aerospace Constructions, une génération avant moi.

En plus de cet amour de l’aviation - qui pour moi était beaucoup plus palpable, étant à Brașov, et étant donc proche de l’IAR (n.r - Industrie Aéronautique Roumaine) -, visitant l’usine à plusieurs reprises, j’ai eu l’avantage d’être inspiré par ce domaine.

Je voulais aussi vous dire que sur la Lune il y a aussi les Carpates, Montes Carpatus, dans l’hémisphère nord. Il y a d’autres choses très intéressantes. Par exemple, il y a une anomalie magnétique, elle s’appelle l’anomalie magnétique de la grammaire de Rayner, et dans cette zone où l’anomalie magnétique se produit, la surface est plus brillante. Je suis très curieux de savoir ce qu’il y a sous cette anomalie magnétique, si c’est une météorite ou peut-être autre chose.

La mission Artemis vise à ramener des humains sur la Lune

L’objectif est d’établir une présence humaine permanente sur la Lune, ainsi que la construction d’une station spatiale en orbite autour d’elle (Gateway) et d’une base de surface. Le nom Artemis a été choisi d’après une figure féminine, la sœur jumelle du dieu grec Apollon - en réponse au programme Apollo qui n’a envoyé que des hommes sur la surface lunaire entre 1969 et 1972.

Source : Gândul
Images : Digi24, Pixabay

[Roumanie.com]

    e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Fêtes du mois de mars : le Martisor et le Jour de la femme
(7/mar./2022)
Au printemps, deux jours sont dédiés à la femme en Roumanie : le 1er et le 8 mars. Le "mãrtisor" (...)
Justin Capră, inventeur et visionnaire roumain
(15/fév./2022)
Justin Capră est un inventeur roumain prolifique et visionnaire. Créateur du sac à dos volant, (...)
Le premier milliardaire roumain d'une start-up de robotique
(1er/mai./2021)
Le programmeur roumain Daniel Dines, fondateur et directeur général d’IT UiPath, est le premier (...)
Roumanie : un cordonnier de Cluj invente les chaussures de "distanciation sociale"
(27/mai./2020)
Grigore Lup et ses chaussures de "distanciation sociale" Grigore Lup est né à Chiuieşti, un (...)
Surprenant ce vélo électrique à quatre roues inventé par un artiste roumain
(13/mai./2020)
Qlio Velo est un cyclomoteur à assistance électrique, un vélo électrique à quatre roues, qui a la (...)
Roumanie : 24 janvier, anniversaire de l’Union de la Valachie avec la Moldavie
(24/jan./2019)
Le jour de l’Union des Principautés roumaines est marqué, tous les 24 janvier, dans toute la (...)
Un voilier roumain dans la course contre l’autisme
(20/nov./2017)
Un équipage composé uniquement de Roumains, s’est lancé ce dimanche dans une aventure unique pour (...)