septembre 2008

Sommet européen consacré à la question des roms

Bruxelles, 16 sept(Agerpres) - Ce mardi a lieu à Bruxelles le premier ’sommet’ européen consacré aux roms, lors duquel de hauts officiels de tous les États membres de l’UE, commissaires européens et membres du Parlement européen, ainsi que des représentants réputés de la société civile essaieront de trouver des solutions pour une intégration meilleure et l’amélioration du niveau de vie des communautés romes, transmet le correspondant de l’Agerpres dans la capitale belge.

’Cette réunion est conçue comme un élément de contribution des États membres, aux côtés de la Commission européenne, à une évaluation de la situation des roms au niveau européen et, sur la base de cette évaluation, devront être identifiées des lignes d’action dans l’avenir, pour consolider une approche européenne de cette problématique’, a déclaré lundi à Bruxelles le ministre roumain des Affaires étrangères, Lazar Comanescu.

Le diplomate roumain a ajouté que l’organisation de cette réunion à haut niveau était une initiative de la Roumanie exprimée dans le cadre du Conseil, qui avait sollicité ensuite à la Commission de réaliser cette évaluation de la situation des roms de l’UE, pour que le problème puisse être repris et débattu au sommet européen de décembre 2008. [Ndlr : les roms - tziganes, tsiganes, rroms, romanichels, manouches, gitans - sont estimés en Roumanie à 2,5% de la population, selon le recensement de 2002].

Pratiquement, en décembre 2007, les chefs d’État et de gouvernement des pays membres ont reconnu, la première fois, que la situation des roms dans l’UE exigeait une attention particulière. En juillet dernier, la Commission a présenté une communication représentant un engagement ferme de combattre la discrimination, en général, et d’améliorer la situation des roms, en particulier.

Le groupe d’experts convoqué en 2007 par la CE pour l’aider à esquisser des politiques visant les roms a identifié une série de 14 ’barrières’ auxquelles les communautés de roms se confrontaient : l’absence d’éducation et de formation ; le manque d’habiletés linguistiques ; l’absence de reconnaissance des habiletés et des qualifications ; le manque d’accès aux emplois ; l’absence d’accès à la citoyenneté ; le manque de politiques d’intégration ; stéréotypes, préjugés et attitudes négatives ; les changements industriels ; l’absence de motivation par les systèmes d’aide sociale ; la discrimination ; la concurrence du marché du travail ; le travail non déclaré.

Bien qu’importante, la connaissance de ces barrières n’est pas suffisante et l’adoption d’une politique au niveau communautaire ne représente pas toujours la meilleure réponse, aussi longtemps que beaucoup des domaines clé pour l’intégration des roms - dont l’éducation l’embauchage, l’inclusion sociale, la santé ou l’infrastructure - sont des responsabilités nationales.

Cette première réunion à haut niveau consacrée aux problèmes de la communauté rome n’aura pas pour résultat immédiat la signature de quelque papier officiel, mais les conclusions des débats seront remises à la présidence française de l’UE, qui essaiera d’obtenir, au sommet européen de décembre prochain, un engagement ferme de la part des États membres pour l’intégration des roms et l’amélioration de la situation de ceux-ci.

Parmi les environ 400 participants à cette réunion comptent le président de la Commission européenne, Jose Manuel Durao Barroso, les commissaires européens Jacques Barrot (justice, liberté et sécurité), Vladimir Spidla (affaires sociales et égalité des chances), Jan Figel (éducation), le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, le président de la Fondation pour une Société ouverte, George Soros, le vice-président de la Banque Mondiale, Shigeo Katsu, et les deux euro-députées d’origine rome, Viktoria Mohacsi et Livia Jaroka.

La Roumanie y sera représentée par Mihnea Constantinescu, conseiller d’État, envoyé spécial du Premier ministre roumain, et Gruia Bumbu, secrétaire d’État et président de l’Agence nationale pour les Roms.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Fêtes du mois de mars : le Martisor et le Jour de la femme
(7/mar./2020)
Au printemps, deux jours sont dédiés à la femme en Roumanie : le 1er et le 8 mars. Le "mãrtisor" (...)
Justin Capră, inventeur et visionnaire roumain
(10/nov./2019)
Justin Capră est un inventeur roumain prolifique et visionnaire. Créateur du sac à dos volant, (...)
Le premier milliardaire roumain d’une start-up de robotique
(12/sep./2019)
Le programmeur roumain Daniel Dines, fondateur et directeur général d’IT UiPath, est le premier (...)
Roumanie : 24 janvier, anniversaire de l’Union de la Valachie avec la Moldavie
(24/jan./2019)
Le jour de l’Union des Principautés roumaines est marqué, tous les 24 janvier, dans toute la (...)
Un voilier roumain dans la course contre l’autisme
(20/nov./2017)
Un équipage composé uniquement de Roumains, s’est lancé ce dimanche dans une aventure unique pour (...)
La Roumanie, un pays de propriétaires immobiliers
(23/fév./2015)
Les Roumains n’aiment pas être locataires, ils font tout ce qu’ils peuvent pour acheter leur (...)
Disparition de Georges Filip-Lefort, résistant roumain, figure de la libération à Lyon
(6/jan./2015)
Georges Filip-Lefort était l’une des figures de la libération de Villeurbanne. Il vient de (...)