octobre 2012

Une jeune fille pulvérisée par la voiture d’un diplomate russe

[photo : Adevarul]

La vie de la jeune Mădălina Băcanu a été détruite, dimanche soir, quand le diplomate russe n’a même pas essayé de réduire la vitesse de son véhicule à un passage piéton. Il l’a frappée de plein fouet. La jeune fille est à l’hôpital dans le coma, entre la vie et la mort.

Mădălina Băcanu était arrivée il y a trois semaines seulement à Bucarest, venant d’une petite ville de Roumanie, et était en première année de chimie à l’université. Elle avait de grands rêves. Dimanche, elle a eu par contre l’énorme malchance de traverser un passage piéton à l’intersection du boulevard Camil Ressu et de la rue Ilioara, juste à l’instant où la voiture arrivait. A 16h45, elle a été frappée de plein fouet, et projetée plusieurs mètres en l’air. Elle est actuellement maintenue en vie grâce à des appareils médicaux à l’hôpital "Bagdasar-Arseni", avec de graves lésions cérébrales. Entre temps, la police n’a rien pu faire contre le chauffard inconscient. Il possède l’immunité diplomatique, et on n’a même pas pu l’obliger à souffler dans un éthylotest. Les policiers arrivés sur les lieux se sont vus présenter un document d’identité et le citoyen russe a refusé la proposition des policiers de tester son alcoolémie, avançant être Premier secrétaire à l’Ambassade de Russie.

Pendant ce temps, Mădălina Băcanu (19 ans) était déjà dans une ambulance, après avoir été stabilisée. Arrivée à l’hôpital "Bagdasar-Arseni", elle a fait l’objet de plusieurs examens. Les médecins lui ont trouvé des lésions au cerveau, et ont choisi de la mettre en coma artificiel, sans possibilité d’une intervention chirurgicale. "La patiente est dans un état grave, en soins intensifs. Elle est dans le coma, sous sédatifs, et respire à l’aide d’appareils", a déclaré le docteur Florian Bica.

Au siège de la Police routière, les agents ont ouvert un dossier pénal contre le chauffard, à qui il est reproché des dommages corporels avec faute, et refus de se soumettre à des examens biologiques.

Les parents de la jeune fille, ainsi que son frère âgé de 17 ans se sont rendus à son chevet à l’hôpital, et cette histoire a touché toute la communauté dans la petite ville de Făurei d’où elle est originaire (dans le département de Brăila). Un voisin de la famille à Făurei déclare : "C’est une honte d’être ainsi tuée sur un passage piéton, et que personne n’ait de compte à rendre. Cela me paraît totalement injuste".
[source : Adevarul]

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
La Roumanie, un exemple de la lutte anti-corruption ?
(6/jui./2016)
L’hebdomadaire britannique The Economist a publié, dans une édition papier, un article sur la (...)
Roumanie : la DGA crée des comptes sur Facebook, YouTube et Yahoo Messenger
(11/fév./2010)
La Direction générale anti-corruption (DGA) fait son entrée sur les réseaux sociaux sur le Net, en (...)
Roumanie : sanctions pour les anciens agents de la Securitate et des anciens activistes communistes
(22/jan./2010)
La Société roumaine d’études historiques (SSIR) a lance une pétition, signée par des noms importants (...)
L’Ile des Serpents : la Roumanie gagne à La Haye face à l’Ukraine
(3/fév./2009)
Depuis 42 ans, l’Ile des Serpents fait l’objet d’un différend entre la Roumanie et l’ancienne Union (...)
Roumanie. Le Parlement décide une "nouvelle nationalisation" des maisons
(9/oct./2008)
"Le Parlement a décidé la nouvelle nationalisation", titre le journal Romania Libera affirmant (...)
Roumanie. Une législation pour lutter contre l’antisémitisme
(18/sep./2008)
Bucarest, 18 sept /Agerpres/ - Le conseiller gouvernemental Mihnea Constantinescu a déclaré ce (...)
Roumanie : sanctions pour non déclaration de patrimoine
(22/jui./2008)
Bucarest, Roumanie, 21 juil. (Agerpres) - Le président de l’Agence nationale roumaine d’Intégrité (...)