mai 2005

La Roumanie et le "Non" de la France à la Constitution européenne

Les leaders politiques roumains considèrent que le refus par les Français de la Constitution européenne au référendum du 29 mai est un moment difficile, mais qu’il n’affectera cependant pas le processus d’intégration de la Roumanie dans l’UE, et ils soulignent que la Roumanie est "condamnée" maintenant à avoir un parcours impeccable sur le chemin de l’adhésion.

Le Président Traian Basescu a déclaré lundi que le "non" des Français était prévisible, même si Jacques Chirac a fait des efforts importants pour défendre le "oui". Le chef de l’Etat roumain a estimé que le résultat du référendum français crée un problème politique pour l’Union européenne, et plus encore si la Hollande, qui votera le mercredi 1er juin pour ou contre la même Constitution, suit la France sur la voie du "non".

Traian Basescu a insisté sur le fait que ce qu’il avait appelé l’"échec français" n’influencera pas la date d’adhésion de la Roumanie. "Je rappelle que le 25 avril le Traité d’adhésion a été signé par tous les états membres de l’Union et que nous allons devoir respecter toutes les obligations exigées par ce Traité. Cependant, le Gouvernement ne peut pas atteindre seul tous les objectifs de l’intégration dans l’UE" a expliqué le chef de l’Etat, en donnant les exemples suivants : « Lorsque le prix de l’électricité sera augmenté, si nous sortons dans la rue pour dire "non", ce ne sera pas bon pour notre intégration. Si l’on sort dans la rue pour dire "non" à la diminution des subventions dans le domaine minier, ce ne sera pas bon non plus ».
Le Président a dit également que, si l’Etat touche à la grande corruption, et que des partis politiques, des mass-media, le monde des affaires font obstacle, "c’est avec certitude que l’intégration dans l’UE restera un rêve et qu’elle ne sera jamais une réalité".

Le Premier ministre Calin Popescu Tariceanu affirme que le vote négatif des Français n’est pas un "non" à l’Europe, mais qu’il témoigne plutôt d’une communication insuffisante avec les citoyens, et de difficultés politiques internes.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Doina Cornea, symbole de la résistance anticommuniste roumaine, s’est éteinte
(6/mai./2018)
Doina Cornea, l’ex-dissidente du régime communiste roumain, Doina Cornea, est décédée à l’âge de (...)
Rencontre entre le Président roumain et Donald Trump à la Maison Blanche
(10/jui./2017)
Le Président roumain Klaus Iohannis a été reçu en visite officielle à la Maison Blanche par Donald (...)
Le journaliste Luca Niculescu, nommé ambassadeur de Roumanie en France
(6/déc./2015)
Le journaliste Luca Niculescu, rédacteur en chef à Radio France International Roumanie, va (...)
Soutiens à Charlie Hebdo en Roumanie suite à l’attentat
(8/jan./2015)
11 janvier 2015 Le président de la Roumanie, Klaus Iohannis, a participé ce dimanche à la (...)
L’ex-Roi Michel de Roumanie : "pas de politique sans éthique"
(26/oct./2011)
[photo : Agerpres] En 1947, le régime communiste a fait abdiquer le Roi Michel de Roumanie. (...)
La Roumanie se souvient : Pitesti, la rééducation par la torture
(15/oct./2010)
Des dizaines de chercheurs et d’historiens roumains et étrangers assistaient Pitesti à la 10e (...)
La Roumanie fête le 20e anniversaire de la Révolution de 1989
(22/déc./2009)
[photo : Agerpres] Il y a vingt ans, des mouvements de protestation contre le régime (...)