juillet 2006

La fête du Jour de l’Indépendance des USA, à Bucarest

C.P.Tariceanu, N.Taubman, T.Basescu [source : Rompres]

La fête du Jour de l’Indépendance des Etats-Unis a été marquée aussi par l’Ambassade américaine à Bucarest où le président de Roumanie, Traian Basescu, et le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu ont été présents, écrit le quotidien Evenimentul zilei.

Selon Cotidianul, la réception à l’Ambassade des Etats-Unis a eu lieu à un moment assez tendu, en raison de l’annonce faite par le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu et le ministre de la Défense nationale, Teodor Atanasiu, au sujet du retrait des troupes roumaines d’Irak. D’autre part, écrit le journal, lundi soir, un jour avant la réception, le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu grondait les ambassades des USA et de Grande-Bretagne, sur la chaîne de télévision Realitatea TV, pour leur réaction face à la proposition sur le retrait des troupes d’Irak.

Toutefois, poursuit le journal, Nicholas Taubman, l’ambassadeur américain à Bucarest, a souhaité assurer hier soir qu’il ne s’était pas fâché avec la Roumanie ’’à cause de la manoeuvre des libéraux’’. ’’Rien de ce qui s’est passé cette dernière semaine n’a changé mon opinion sur la Roumanie’’, a dit l’ambassadeur dans le discours prononcé lors de la réception offerte à l’occasion de la Fête Nationale de son pays. Le discours de l’ambassadeur Taubman a été construit dans des termes absolument positifs pour la Roumanie.

’’Dans son speech, Traian Basescu a abordé, en passant, le thème à l’ordre du jour, mettant en antithèse le respect des engagements et les simples déclarations d’intention’’. Traian Basescu a souligné, également, l’idée que la Roumanie doit, outre la qualité de fournisseur de sécurité, avoir les choses mises au point sur le plan intérieur afin qu’elle soit traitée comme un partenaire stable, relève aussi le journal Cotidianul.

Le président Traian Basescu sera reçu à nouveau à la Maison Blanche, annonce le journal Gândul, qui informe sur la visite que le président roumain effectuera à Washington, à la fin de ce mois, le plus probablement du 26 au 29 juillet. Il y rencontrera de hauts fonctionnaires du Département d’Etat et du Pentagone, mais aussi des membres du Congrès, tant du Parti républicain, que du Parti démocrate.

Cette visite est la deuxième effectuée à la Maison Blanche par Traian Basescu, depuis la prise de son mandat, la première ayant eu lieu au mois de mars 2005.

’’Basescu pourrait même être invité au ranch du Texas du président Bush. Basescu sera, probablement, loué par le président des Etats-Unis pour le maintien des troupes roumaines en Irak et en Afghanistan. D’ailleurs, telle est aussi la principale raison pour laquelle l’actuel président de Roumanie a une bonne image pour l’administration républicaine’’, relève, aussi, le journal cité.

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Doina Cornea, symbole de la résistance anticommuniste roumaine, s’est éteinte
(6/mai./2018)
Doina Cornea, l’ex-dissidente du régime communiste roumain, Doina Cornea, est décédée à l’âge de (...)
Rencontre entre le Président roumain et Donald Trump à la Maison Blanche
(10/jui./2017)
Le Président roumain Klaus Iohannis a été reçu en visite officielle à la Maison Blanche par Donald (...)
Le journaliste Luca Niculescu, nommé ambassadeur de Roumanie en France
(6/déc./2015)
Le journaliste Luca Niculescu, rédacteur en chef à Radio France International Roumanie, va (...)
Soutiens à Charlie Hebdo en Roumanie suite à l’attentat
(8/jan./2015)
11 janvier 2015 Le président de la Roumanie, Klaus Iohannis, a participé ce dimanche à la (...)
L’ex-Roi Michel de Roumanie : "pas de politique sans éthique"
(26/oct./2011)
[photo : Agerpres] En 1947, le régime communiste a fait abdiquer le Roi Michel de Roumanie. (...)
La Roumanie se souvient : Pitesti, la rééducation par la torture
(15/oct./2010)
Des dizaines de chercheurs et d’historiens roumains et étrangers assistaient Pitesti à la 10e (...)
La Roumanie fête le 20e anniversaire de la Révolution de 1989
(22/déc./2009)
[photo : Agerpres] Il y a vingt ans, des mouvements de protestation contre le régime (...)