mai 2006

Textile : la Roumanie fait venir des ouvrières chinoises

La ville de Bacãu sera bientôt "envahie" par des ouvrières chinoises : qualifiées dans le prêt-à-porter, elles sont prêtes à travailler pour une faible rémunération et sont hautement qualifiées. Elles recevront un salaire minimum, soit 3,3 millions de lei par mois (NDT : à peine cent euros), ce qui veut dire huit fois plus que ce qu’elles touchaient en Chine ; les employées roumaines touchent pour leur part 7 millions de lei par mois.

L’Agence départementale pour l’emploi a reçu la demande d’embauche de mille travailleuses chinoises de la part de Sonoma SA, une société de Bacãu à capital italien, spécialisée dans le prêt-à-porter. Pour pouvoir travailler en Roumanie, ces ouvrières auront besoin d’un permis de travail émis par l’Office pour la migration des travailleurs. Dans toute la Roumanie, cette année 10.000 permis seront délivrés. Jusqu’à présent, ces permis étaient demandés surtout par des managers étrangers, qui dirigent des sociétés en Roumanie ou travaillent dans les bureaux locaux de compagnies multinationales.

Sonoma SA a déjà décidé du lieu d’hébergement de ses ouvrières : on travaille déjà à l’aménagement de dortoirs. L’arrivée de main d’œuvre asiatique, qui est une première à Bacãu comme au plan national, a été expliquée par Octavian Ticau, directeur de l ’AJOFM (L’Agence départementale pour l’emploi), à la fois par « la pénurie de main d’œuvre qualifiée dans plus de 70 sociétés textiles à Bacãu, et le manque d’envie des autochtones de travailler dans le prêt-à-porter ».

« On sait à présent que cela ne paie plus très bien, donc les gens ne sont plus attirés par cette industrie », reconnaît Sonoma SA, qui précise que « l’affaire va présenter des avantages tant pour l’employeur que pour les employées ».
Les responsables d’industries textiles préfèrent les ouvrières chinoises, reconnues comme résistantes à l’effort physique, précises et patientes, lorsqu’on les compare aux Européennes. Mais leur plus grande qualité consisterait dans des prétentions salariales extrêmement modestes. Le salaire moyen dans l’industrie du prêt-à-porter en Chine est de 15 dollars par mois.

Pour l’instant, la nouvelle de cette arrivée n’a pas fait réagir les syndicats. Questionnés sur leur vision de la "petite Chine" qui va voir le jour dans leur ville prochainement, les habitants de Bacãu se sont presque tous montrés étonnés.
[source : Adevarul]

[Roumanie.com]

        e-mail     Imprimer cet article


VOIR AUSSI
Roumanie : le chômage augmente au premier trimestre 2011
(17/aoû./2011)
Le taux de chômage en Roumanie, d’après le Bureau International du Travail, était de 7,6 % au (...)
Genpact va embaucher 160 diplômés en Roumanie, à Bucarest et Cluj
(18/mai./2011)
Genpact Roumanie, fournisseur de services pour les affaires et de services BPO (Business (...)
Genpact va embaucher 160 diplômés à Bucarest et Cluj
(13/avr./2011)
Genpact Roumanie, fournisseur de services pour les affaires et de services BPO (Business (...)
Google va embaucher en Roumanie en 2011
(26/déc./2010)
Google Roumanie va embaucher, d’ici la fin de l’année prochaine, environ 7 à 8 personnes, en (...)
Roumanie : manifestations à Bucarest contre les mesures anti-crise
(22/sep./2010)
[photo Agerpres] A Bucarest, après le meeting organisé par la fédération syndicale Sanitas (...)
Roumanie : grève générale dans le secteur public
(31/mai./2010)
Les employés du secteur public roumain ont entamé une grève générale lundi, avec la participation (...)
Les retraités roumains-canadiens pourraient bénéficier d’une double retraite
(12/avr./2010)
Les Roumains installés au Canada pourraient percevoir la retraite cumulée lors de leurs années de (...)